samedi 9 février 2013

« Bencher » au hockey mineur - pour ou contre ?

Il faut l’admettre.  Il y a une situation qui apporte souvent de la controverse au hockey mineur et c’est lorsqu’un joueur est benché par son entraîneur.  Le terme bencher, un terme que l'on retrouve dans le vocabulaire des sports d'équipe, signifie passer son tour au profit de quelqu’un d’autre.  C’est un mot qui est à connotations négatives.  Il existe deux écoles de pensée sur ce sujet et elles sont souvent confrontées l’une à l’autre.  Voilà d’où provient la controverse. 

Loz Hockey Ressource
Il faut savoir communiquer avec le joueur qui passe son tour


Il y a ceux qui sont POUR et ceux qui sont CONTRE.

Bencher des joueurs, c’est-à-dire les asseoir sur le banc afin qu'ils regardent leurs coéquipiers jouer, fait partie des mœurs du hockey depuis que le hockey existe.  La croyance est que dans les derniers instants d’un match, l’équipe qui perd au cadran a besoin de ses meilleurs effectifs sur la patinoire le plus longtemps possible pour  espérer arracher la victoire.  La même chose s’applique durant les matchs où le pointage est égal surtout si l’équipe adverse applique la même stratégie de bencher ses joueurs les plus faibles.  C’est quelque chose que l’on voit fréquemment au niveau professionnel.

Mais il y a un argument de taille contre bencher dans le hockey mineur.  Plusieurs parents et entraîneurs trouvent cela injuste que ça soit toujours les mêmes joueurs qui réchauffent le banc dans les moments clés d’un sport qui est supposé être joué en équipe.  Comme n’importe quels de leurs coéquipiers, chaque joueur a autant le droit de développer les habiletés nécessaires pour faire face à ce genre de situation.  Ils ont autant le droit de développer leur confiance et estime personnelle.  Ce n’est pas un privilège. C’est une des valeurs prédominantes de Hockey Canada.  Il faut se rappeler ce dont les jeunes se souviendront plusieurs années après leur carrière au hockey mineur.  Ils ne se souviendront  pas du nombre de victoires que l’équipe a remporté mais bien de l’expérience qu’ils ont eu d’avoir fait partie d’une équipe.  Le sentiment d’avoir contribué à quelque chose plus grand qu’eux.  Après tout, à quoi bon une victoire si elle est faite au détriment de certains joueurs?

Mais il existe un important bémol ici.  Si les jeunes profitent d’un temps de glace équitable mais ne se donnent pas à fond en se trainant les pieds ou en n’écoutant pas les consignes d’équipe, leur droit de jouer est fait au détriment des coéquipiers qui eux se donnent. 

Pour être honnête, bencher des joueurs n’est pas une tactique que j’ai employée fréquemment.  Par contre, lorsque je l’ai utilisé, ma philosophie était basée sur le comportement et l’attitude du joueur et non uniquement sur son niveau de talent.  Lorsque j’ai décidé à faire passer un tour à un joueur au profit d’un autre, je me suis assuré de bien communiquer avec le joueur en question et de lui expliquer pourquoi j’avais pris cette décision.  Jamais je n’ai laissé un joueur seul dans ses pensées sur le banc en train de se demander pourquoi le coach avait décidé de le clouer au banc.  J’ai la plus ferme des convictions qu’en le laissant miroiter dans ses pensées, cela a un impact négatif direct sur sa confiance et estime personnelle. 
Et oui j’ai déjà fait passer un tour à un joueur en fin de match au profit d’un joueur plus talentueux.  Mais j’ai aussi fait passer un tour à un joueur en fin de match au profit d’un joueur moins talentueux mais qui s’était donné à fond.  Il faut savoir faire l’équilibre des choses.

Je ne peux être en accord avec la philosophie qu’il est acceptable de bencher continuellement des enfants pour des raisons de talent.  C’est totalement inacceptable à mes yeux.  En ce qui me concerne, l’entraîneur a choisi les joueurs au début de la saison.  Il porte le même logo sur son chandail que tout le reste de ses coéquipiers.  L’entraîneur doit accepter et assumer ses choix et offrir autant de possibilité de développement à ses joueurs moins talentueux.  Bien entendu, tant et aussi longtemps que les joueurs s’investissent à fond dans l’aventure. 

Il y a une importante distinction ici. 

Bien que je suis en désaccord de bencher des enfants pour raisons de manque de talent ou d’habileté dans les situations critiques - qui en fin de compte n’est pas vraiment la faute du joueur si nous  lui offrons pas les opportunités de se développer en participant dans ce genre de situation – je suis en accord de le faire s’il y a un manque d’effort et de volonté du joueur, talentueux ou moins.

Lorsqu’un joueur est choisi pour faire partie d’une équipe, il doit s’engager à se donner à fond pour celle-ci.  La seule chose que l’on peut demander à un joueur est de s’engager à donner le meilleur de soi-même et d’écouter les consignes du groupe d’entraîneurs.  Et le rôle de l’entraîneur est de s’assurer que ses joueurs respectent leur engagement.  Et s’ils ne le font pas, ça devient alors une situation éducative, comme dans la vie de tous les jours.  Ça s’appelle recevoir des conséquences.

Message aux joueurs : Si tu ignores les consignes de l’entraîneur et tu joues de façon égocentrique, alors pourquoi est-ce l’équipe dans son ensemble doit en souffrir?  Au lieu, saute une présence ou deux afin de te ressaisir et revenir en force afin de donner ton effort maximum, peu importe ce que cela représente.  Après, même si tu fais des erreurs, tu seras récompensé par un temps de glace équitable, que tu fasses partie des plus talentueux du groupe ou non.  Tout le monde en sortira gagnant.

Message aux entraîneurs : Je comprends que dans la plupart des associations il existe un règlement qui permet à un entraîneur de faire jouer les joueurs de son choix lors des 2 dernières minutes d’un match de saison ou des 5 dernières minutes d’un match de tournoi.  Je trouve le règlement honnête.  Mais gardez à l’esprit que lorsque vous le faite, il est important de communiquer avec les joueurs car plus souvent qu’autrement, ces derniers n’auront  aucune idée pourquoi ce n’est pas eux qui sont sur la glace.  Pourquoi s’est toujours lui qui saute son tour?  Et de toute façon, je peux probablement compter sur une main le nombre de fois que j’ai vu cette stratégie fructueuse.  Mais combien de fois j’ai vu cette stratégie avoir l’effet inverse que celui originalement prévu.

Est-ce que je suis en accord pour bencher au hockey mineur?  Non.  Je préfère appeler cela de l’éducation faites par des entraîneurs qui priorise le développement des joueurs avant la victoire.  Mais si le joueur passe quelques tours ou ne joue pas en fin de match pour un manque d’effort et non pour un manque de talent, je suis en accord.

Mais comme toute chose… la clé demeure dans la façon dont le tout est communiquée aux joueurs concernés.  Si tu ne communiques pas, c'est là que la controverse est créée.

Merci de partager ce texte.

Steve Lauzon
Loz | Hockey
slauzon32@gmail.com