samedi 2 mars 2013

Awaye, 2 tours de patinoire !

Une des ironies ultimes du hockey mineur se produit lorsqu’un entraîneur discipline un de ses joueurs paresseux en lui faisant faire des tours de patinoire. Pourquoi est-ce que je trouve cela ironique? Parce que selon moi, c’est du coaching de paresse.

Comprenez-moi bien. Il y a des moments pour faire patiner les joueurs autour de la patinoire. Lorsque faites avec l’intention de développer le conditionnement des joueurs, il existe d’excellents exercices de patin. Et à l’exception, on peut même les utiliser comme moyen de discipline.

Le problème survient lorsque l’exception devient la règle.

Trop souvent, les entraîneurs utilisent le patin ou tout autre forme de conditionnement pour discipliner les joueurs pour tout ce qui a trait à une performance médiocre lors d’un match, d’avoir brisé les règles d’équipe ou tout simplement, parce que le joueur n’exécute pas l’exercice comme demandé.


Loz Hockey. Ressource gratuite regroupant des trucs, conseils, vidéos et exercices pour les joueurs et entraîneurs de hockey
Faire patiner un joueur en solo brise le rythme d'un entraînement


Il existe plusieurs raisons pourquoi l’entraîneur doit éviter le conditionnement comme moyen disciplinaire et les plus évidentes sont :
  1. les joueurs viendront qu’à détester les exercices de patin et autres formes de conditionnement puisqu’ils seront associés à des moyens punitifs. Je suis conscient que c’est peut –être une idée farfelue de penser que les joueurs aimeront les exercices de conditionnement de patin, mais tout au plus, on ne veut pas qu’ils les détestent. C’est de la responsabilité de l’entraîneur de trouver le moyen de faire comprendre aux joueurs que des bons exercices de conditionnement de patin favorisent le développement de la condition physique ;
  2. ça brise le rythme d’un entraînement. Combien de fois ai-je vu un entraîneur arrêter complètement un exercice pour l’amour qu’un seul joueur a manqué sa passe et lui dire de faire un tour de patinoire en guise de punition (ou des push-ups!). Pendant ce temps, tous les autres joueurs arrêtent et attendent que leur coéquipier termine sa punition. Ensuite, l’entraîneur s’attend à ce que le rythme reprenne comme si rien ne c’était produit. Est-ce qu’il y a encore des entraîneurs qui pensent que ce moyen va faire en sorte que la prochaine fois que le joueur fera une passe, la rondelle va se retrouver sur la palette?
  
Alors, quelles sont les options pour corriger les problèmes reliés au comportement ou à la performance?

Pour le comportement, vous avez un large éventail d’options à votre disposition, comme adresser le problème en discussion privé avec le joueur et inclure les parents au besoin. Durant un entraînement, vous pouvez décider d’ignorer le comportement indésirable tout en renforçant celui désiré.

Par exemple, au lieu de dire « Gustave, pourquoi suis-je obligé de te répéter continuellement de foncer vers le filet? » Essayez plutôt lors de votre regroupement au tableau « Pierre, Jean et Jacques, j’apprécie beaucoup votre intensité à vous diriger vers le filet. Vous augmentez vos chances de récupérer un rebond et de marquer un but! Continuez, j’aime ça! ».

Gardez à l’esprit de ne jamais réprimandez un joueur devant ses coéquipiers. Réprimandez toujours en privé. Par contre, assurez-vous de féliciter en public !

Problèmes de comportement de côté, si c’est le manque de conditionnement qui nuit à une performance optimale, alors vous pouvez ajouter du conditionnement à vos entraînements. C’est tout à fait normal et attendu de la part des joueurs. L’important c’est de ne pas positionner les exercices de conditionnement comme moyen punitif.

Par exemple, au lieu de « À cause que vous avez manqué de jus à la fin de notre dernière partie, on va patiner aujourd’hui, je vous en passe un papier ». Essayez plutôt « On a manqué de jus lors de notre dernier match à cause de notre conditionnement. Alors cette semaine, je vais ajouter quelques exercices de conditionnement pour nous aider à mieux performer lors de nos prochains matchs. »

À mon avis, le meilleur moyen de développer le conditionnement d’un joueur est d’avoir une série d’exercices qui inclut beaucoup de transition (flow drill) ou encore, des jeux en zone restreinte. Les joueurs sont intenses durant ces exercices et développent, sans le savoir, leur conditionnement.

Vous évitez aussi les émotions négatives qui viennent avec les tours de patinoire sans fin et sans but. L’entraînement devient plus le fun et les joueurs veulent continuer à acquérir les habiletés et le conditionnement nécessaire. Vous démontrez aussi de la créativité et discipline dans vos processus de solution de problèmes. Vous pouvez alors expliquer à vos joueurs après l’exercice que la créativité et la vraie discipline sont des approches beaucoup plus efficaces à la gestion de problèmes dans les sports et dans la vie en général.

Les temps ont changé et les générations aussi. La génération des années 2000 ne répond pas de la même façon que les générations des années 70-80. Il est grandement temps d’accepter ce fait et d’adapter notre discipline et notre communication en conséquence.

Merci de partager ce texte.

Steve Lauzon
Loz | Hockey
slauzon32@gmail.com