jeudi 23 mai 2013

Célébrer le sport au lieu du résultat

C’est lors du weekend dernier que se clôturait pour moi ma première saison en tant qu’entraîneur-chef d’une équipe de hockey printanier. Une quinzaine de joutes, une dizaine heures de pratique et tout cela en l’espace de 6 semaines. J’ai apprécié énormément cette première expérience.

Loz Hockey.  Ressource gratuite regroupant trucs, conseils, vidéos et exercices pour joueurs et entraîneurs de hockey.
L'esprit sportif.

Malgré le fait que nous n’avions pas l’équipe la plus talentueuse, la plus rapide ni la plus robuste, nous avions un groupe de garçons dévoués au succès de leur équipe. Nous avions fixé 3 objectifs clairs au début de la saison : avoir du plaisir, devenir des meilleurs joueurs de hockey et gagner.  Le plus grand défi de l’équipe d’entraîneurs était de réussir à convaincre les jeunes, adversaires tout au long de l’année, à pousser dans la même direction, et ce, en si peu de temps.

Nous avons vu de belles choses lors de nos deux premiers tournois.  Des joutes intenses et où les jeunes ont dû se regrouper et faire face à l’adversité. Des moments clés où l’on pouvait voir que nos enseignements commençaient à porter fruit. C’est ça la récompense pour les entraîneurs.

Lors du dernier tournoi, j’ai eu le privilège d’être témoin d’un événement qui, à mon goût, ne se produit pas assez souvent dans le sport amateur. En fait, pour être honnête, ce fut la première fois que j’assistais à quelque chose de la sorte depuis le temps que je joue et que je coach le hockey.

Notre 3e match nous opposait à une des puissances de notre groupe d’âge. Cette équipe perdait rarement, voire jamais et en plus elle nous avait déjà battues par la marque de 7 à 0 dans un tournoi précédent. Oh que je me rappelle de ce match puisque nous avions été dominés 47 à 3 au chapitre des tirs au but. Personne n’anticipait cet affrontement et je voyais dans les yeux des garçons qu’ils savaient ce qui les attendaient. Surtout que nous avions plusieurs absents.

Je suis une personne de nature très positive. Je préfère voir le verre à moitié plein qu’à moitié vide. Mais je suis également réaliste. C’était toute une machine de hockey et le défi qui s’annonçait était gigantesque… mais non impossible.

Le discours d’avant match était concentré sur quelques points-clés. Laissons faire les stratégies et axons sur nos objectifs principaux : ayez du plaisir, jouez pour gagner, impliquez-vous, soyez là l’un pour l’autre et qui sait ce qui peut arriver.

Le match débuta.

Durant ce match, les joueurs arrivèrent au banc épuisés, signe qu’ils s’investissaient à fond à chacune de leur présence. Mais l’adversaire était tout simplement trop puissant. Et lorsque la sirène se fit entendre pour signaler la fin du match, nous étions perdants au tableau indicateur. En effet, cette fois nous avons été dominés 68 lancers à 1 seul !

Bien que nous ayons été dominés, le score final était que de 2 à 0. Vous avez bien compris, notre gardien à fait 66 arrêts et certaines miraculeuses. Ni moi ni mes adjoints n’avions été témoins d’une performance individuelle de la sorte. Jamais !

Sur le banc, plus que le match avançait, tout ce que l’on pouvait entendre des jeunes était « Wow! », « As-tu vu celle-là?!? » « Il est incroyable ! » « Je n’en reviens pas ! ». Nous étions tous émerveillés.

Le pointage importait peu. Les joueurs avaient tout donné et n’ont jamais abandonné. L’équipe adverse était tout simplement meilleure que nous. À la fin, tous les joueurs se sont dirigés vers LEUR gardien pour lui donner les félicitations qu’il méritait. Tous les joueurs l’ont entouré. C’est à ce moment que j’ai compris qu’il formait une équipe. Et que dire de nos parents… tous debout en scandant le nom du jeune gardien.

Mais ce n’est pas tout. Quoiqu’elle nous ait dominés à tous les points de vue, quelques joueurs de l’équipe adverse sont venus porter la rondelle du match à notre gardien. Les joueurs, les entraîneurs et les parents adverses applaudissaient à tout rompre. Ils étaient debout et applaudissaient une performance extraordinaire d’un jeune athlète. J’étais estomaqué.

À ce que je sache, cette équipe n’avait pas perdu. En fait, elle n’avait accordé qu’un seul tir au but. Il était clair qu’elle était dans une classe à part. En effet, cette équipe est dans une classe à part par son talent certes, mais également par l’esprit sportif qu’elle a su démontrer envers un adversaire qu’elle a outrageusement dominé.

Pour moi, c’est l’essence même du sport. Il faut profiter des moments comme ceux-là pour transmettre des bonnes valeurs aux joueurs. Comme j’ai mentionné à l’instructeur après le match, si le respect est la valeur prédominante de son organisation, les jeunes sont entre de bonnes mains.

Ce petit geste d’esprit sportif fera en sorte que je n’oublierai jamais ce match. Et je suis persuadé que pour mon gardien, il restera gravé à jamais dans sa mémoire.

Dans un sport où l’on focalise beaucoup trop sur le score final et les résultats, c’était incroyable de voir les deux équipes, joueurs, parents et entraîneurs célébrer « le sport » comme tel.

Félicitations à tous !

Merci de partager ce texte.



Steve Lauzon
Loz | Hockey