mardi 27 septembre 2016

L'abandon est rarement la solution


Depuis que j’entretiens ce blogue, j’ai toujours soutenu que le hockey mineur (en fait, le sport en général) est une école de vie avant tout. Outre les tactiques et techniques du hockey, le joueur apprend à développer des qualités et caractéristiques essentielles à son succès futur, telles que :

Loz Hockey.  Ressource gratuite francophone regroupant trucs, conseils, vidéo et exercices pour joueurs et entraîneurs de hockey
L'abandon est rarement la solution

  • la fierté;
  • le focus;
  • la force et l’endurance;
  • le sens des responsabilités;
  • l’éthique de travail;
  • le travail d’équipe;
  • l’aventure;
  • la résilience;
  • le leadership;
  • le respect;
  • l’auto discipline;
  • le courage;
  • la détermination;
  • comment être un bon coéquipier;
  • se faire des amis;
  • apprendre à gérer le stress;
  • apprendre à accepter les critiques constructives;
  • l’engagement;
  • la fixation d’objectifs;
  • suivre des règles;
  • la gestion du temps;
  • et j’en passe.

À mon avis, le développement de l’individu devrait être la priorité première de tous les sports. La conséquence directe de mettre la priorité sur l’individu est que le développement de l’athlète vient naturellement.

Et j’ai comme l’impression que nous les parents, avons-nous oublié cette notion si importante un tout petit peu.

Au cours des dernières saisons, j’ai remarqué une épidémie d’abandon au hockey. Certes, certain pour des motifs très valables, tel que les études, financières, une blessure, ou tout simplement, le plaisir n’est plus. Mais une qui prend de plus en plus d’importance est le joueur qui abandonne complètement le hockey suite à un échec ou, tout simplement une situation qui ne lui plaît pas.

  • Il est retranché d’une catégorie qu’il convoitait? Il abandonne;
  • Le joueur ne fait pas partie de l’équipe qu’un de ses amis fait partie? Il abandonne.
  • Le joueur n’aime pas l’entraîneur en place? Il abandonne.
  • Le joueur n’aime pas la règlementation imposée? Il abandonne.
  • L’entraîneur le discipline pour XY raison? Il abandonne.
  • Le joueur n’est pas d’accord avec une décision de l’équipe? Il abandonne.
  • L’entraîneur lui demande d’être présent aux entraînements? Il abandonne.

Je peux très bien comprendre qu’un adolescent peut arriver à cette conclusion pour diverses raisons. Mais ce qui me tracasse le plus est que nous les parents, on accepte la situation sans même avoir une discussion avec l’enfant, ou celle-ci est très brève. Et dans plusieurs cas, on lui donne raison !

  • Il méritait de jouer à ce niveau! Abandonne.
  • Pierre-Jean-Jacques n’est pas avec toi? Abandonne.
  • C’est lui le coach? Abandonne.
  • Ce règlement-là n’a pas de bon sens. Abandonne.
  • Maudite association. Abandonne.
  • Il n’avait pas d’affaires à t’imposer une conséquence. Abandonne.
  • Pourquoi faire une activité samedi? Abandonne.
  • Tu joue au hockey pour jouer, et non pour pratiquer. Abandonne.

Je ne comprends tout simplement pas le raisonnement.

Un de mes coachs m’a déjà dit dans le passé, abandonner une première fois c’est très difficile. Mais plus que tu le fais, plus que ça devient facile jusqu’au jour où ça devient la première solution.

Je suis totalement d’accord.

Je ne suis pas en train de dire qu’à titre de parent, on se doit de forcer notre enfant à rester au hockey lorsqu’il signale ses premières intentions d’abandonner. Si les motifs sont valables et le jeune n’a réellement plus de plaisir à jouer et l’intérêt n’y ait plus, alors je comprends parfaitement. Je tente d’expliquer qu’il faudrait plutôt essayer de comprendre la situation et est-ce que notre enfant veut réellement abandonner le sport ou c’est la situation qu'il a à faire face qui l’incite à prendre cette décision, plus souvent qu’autrement, irréfléchie.

Savoir faire face à un obstacle est probablement l’une des plus belles qualités que le sport va lui laisser, si on lui laisse justement la chance de lui faire face.

Combien d’appels j’ai faits, et combien de rencontres autour d’une table de cuisine j’ai eu avec des parents et leur adolescent qui voulait abandonner. À chacune des fois, après une longue discussion avec le jeune, c’était clair que ce dernier aimait toujours le hockey. C’est la situation qu’il vivait dans le moment présent qui n’aimait pas, et le meilleur moyen d’en échapper était d’abandonner. La frustration, la déception, l’humiliation, et dans certains cas, la rage venait mettre un ombrage sur la raison principale pourquoi il jouait au hockey : le plaisir d’y jouer.

Mon fils a vécu une situation similaire le printemps dernier.  Après de bonnes discussions, il a fait face au défi qui s'est dressé devant lui.  Hors de tout doute, il a appris de la situation.  Et aujourd'hui, son désir de jouer au hockey est plus vivant que jamais.  


Je sais que le monde du hockey mineur n’est pas parfait et à l’occasion, c’est le jeune qui écope suite à des décisions douteuses ou des situations hors de son contrôle. Je ne jouerai pas à l’autruche. Je sais que c’est la réalité. Mais ainsi va la vie.

Plutôt que de laisser notre enfant abandonner, aidons-le à traverser cette épreuve. Aidons-le à se relever et garder la tête haute. Aidons-le à devenir une meilleure personne en acceptant la leçon de vie qui lui est offerte. Lorsque sa carrière au hockey mineur sera terminée, il sera plus propice à faire face aux nombreux obstacles qui se dresseront devant lui dans sa vie personnelle et professionnelle.

C’était ma chronique motivation :-). J’espère que vous avez compris l’essence du message que je tente de transmettre. Encourageons au lieu d’accepter l’abandon.

Merci de partager ce texte.

Steve Lauzon
Loz | Hockey