lundi 27 novembre 2017

8 conseils pour maximiser vos pratiques demi-glace

Je voulais dédier cet article à une problématique qui existe de plus en plus au hockey mineur, soit la disponibilité des heures de glace. Pour remédier à ce problème, les équipes sont dans l’obligation de partager leur temps de glace avec une autre équipe. Certes, tout entraîneur préfère avoir une pleine glace pour travailler avec son équipe. Mais les circonstances font que ce n’est plus possible aujourd’hui. Il faut apprendre à composer avec la situation.


Loz Hockey.  Ressource gratuite regroupant trucs, conseils, vidéo et exercices pour joueurs et entraîneurs de hockey.



Je suis de ceux qui croient que même avec une demi-glace, on peut arriver à bâtir un entraînement de qualité et travailler tous les aspects du jeu, incluant les habiletés techniques, les tactiques individuelles et collectives et oui, même les stratégies.

Ci-dessous, je vous propose quelques conseils afin que vous puissiez maximiser le potentiel de votre entraînement. Plusieurs de ces conseils peuvent également être appliqués à un entraînement pleine glace.


#1 - La clé est dans la préparation
La clé première afin d’assurer une fluidité à votre pratique est de prendre le temps de bien la préparer. Il est facile de constater les entraîneurs qui se sont bien préparés versus ceux qui improvisent. Le symptôme le plus commun d’un entraînement improvisé est la mauvaise gestion du temps. Les joueurs ne savent pas trop quoi faire, effectuent moins de répétitions et les adjoints courts après les instructions.

Prenez 20-40 minutes pour bien planifier votre séance. Partagez votre pratique avec vos adjoints et expliquez à vos joueurs le premier exercice dans le vestiaire avant même de sauter sur la patinoire. Lorsqu’un entraînement est bien préparé, les joueurs savent ce qu’ils ont à faire, les adjoints sont utilisés à bon escient et la gestion du temps est optimale.

Note : Il n’est pas nécessaire d’utiliser un logiciel pour dessiner vos pratiques. Par contre, c’est un outil extrêmement utile qui vous permettra à la longue, de sauver du temps de planification. Un des avantages est que vous pouvez sauvegarder vos exercices et vos plans d’entraînement afin de les réutiliser plus tard. L’outil que je vous recommande est DRILL DRAW (http://www.drilldraw.com/en/Home), qui est un logiciel que l’on doit installer sur son ordinateur. Je l’utilise depuis plusieurs années. Il existe d’autres outils tels que HOCKEYSHARE (https://www.hockeyshare.com/) et COACHTHEM (https://coachthem.com/).


#2 - Nommer vos exercices
Afin de réduire le temps d’explication au tableau, je vous recommande fortement d’avoir à votre disposition une douzaine d’exercices que vous utilisez régulièrement. En outre, prenez le temps de leur trouver un nom. À titre d’exemple, il y a quelques années, un de mes adjoints m’avait proposé un exercice que j’ai immédiatement adopté. Je l’ai nommé son nom de famille. Dès que je nommais l’exercice, les joueurs savaient immédiatement où se positionner et les adjoints où placer les rondelles. Dans un délai de 30 secondes, l’exercice pouvait débuter.


#3 - Utiliser vos adjoints
Combien de fois ai-je vu un entraînement ou l’adjoint est le long de la rampe à regarder l’exercice se dérouler et l’entraîneur-chef faire seul les correctifs. Certes, l’adjoint a la responsabilité d’être proactif et faire les correctifs qu’il juge nécessaire. Mais plus souvent qu’autrement ils ne le font pas puisqu’ils se sentent exclus. Les adjoints sont essentiels au succès d’une équipe.

Impliquez vos adjoints dans vos entraînements ! Donnez-leur l’opportunité d’expliquer un exercice au tableau pendant que vous placez les rondelles. Donnez-leur l’opportunité de diriger un atelier et faire les correctifs aux joueurs. Le principe du « one-man-show » ne s’applique plus aujourd’hui. Il faut travailler en équipe. Je vous assure que si vous impliquez vos adjoints dans vos entraînements, ces derniers deviendront plus dynamiques ce qui aura un impact direct sur vos joueurs.


#4 - Communiquer avec l’entraîneur-chef
Je vous recommande fortement d’entrer en communication avec l’entraîneur avec qui vous partager la glace et discuter ensemble de la possibilité d’effectuer quelques exercices communs où la pleine surface serait utilisée (voir 10-30-10). Un exercice d’activation, mouvement continu (flow drill) ou autres. Ceci permettra aux 2 équipes de maximiser leur temps sur la glace.


#5 - Le 10-30-10
Le format que je vous recommande d’utiliser pour un entraînement demi-glace de 50 minutes est le 10-30-10 et il va comme suit :
  • Un bloc commun de 10 minutes où les deux équipes profiteront de la pleine glace. Un exercice d’activation, un flow drill où tout autre exercice ou les joueurs pourront profiter de la pleine glace. Un des deux entraîneurs prend la responsabilité de diriger ce bloc;
  • Un bloc de 30 minutes demi-glace avec son équipe. Prenez ce bloc pour travailler sur les aspects de votre plan de saison.
    • Diviser votre glace en station afin de travailler les habilités techniques et les tactiques individuelles par position (devrait être la majorité de votre temps);
    • Faites des exercices afin de travailler votre jeu collectif (tactique collective);
    • Jeux en zone restreinte;
    • Utilisez la stratégie du 1/3 de glace. Voir plus bas pour plus de détails.
  • Un bloc commun de 10 minutes afin de clore l’entraînement où les deux équipes pourront profiter à nouveau de la pleine glace. Jeu en zone restreinte, flow drill ou autres. Un des deux entraîneurs prend la responsabilité de diriger ce bloc.


#6 - Faites des stations
L’un des meilleurs moyens afin de conserver votre entraînement dynamique est de faire l’utilisation de stations. Les stations permettent de garder les joueurs actifs puisqu’elles maximisent le nombre de répétitions qu’ils font. Effectuez une rotation après 8-9 minutes.  Quelques idées de ce que vous pouvez travailler dans une station :
  • Station réservée aux gardiens;
  • Station de technique de patin;
  • Station de passes courtes, longues, soulevées, etc.;
  • Station de bataille 1vs1 en coin de patinoire;
  • Station de protection de rondelle;
  • Station de tir (poignet, frappé, revers, etc.);
  • Station de cycle offensif;
  • Station de récupération de rondelle en fond de territoire;
  • Station de contact physique et/ou mise en échec;
  • Avec un peu de créativité, on peut arriver à bâtir une station pour travailler n’importe quelle facette du jeu.


#7 - Jeux en zone restreinte
De plus en plus d’entraîneurs utilisent les jeux en zone restreinte dans la planification de leurs entraînements. À mon avis, le plus grand avantage des jeux en zone restreinte est qu’ils simulent les différentes situations de bataille que le joueur aura à faire face dans un match. Les joueurs doivent être plus créatifs et apprendre comment se sortir d’une situation ou l’espace est limité.

Il y a plusieurs avantages à utiliser les jeux en zone restreinte dans un entraînement. En voici quelques-uns :
  • Puisque la surface de jeu est plus petite, les joueurs ont tendance à conserver la rondelle moins longtemps et cherchent les différentes options de passe;
  • Les joueurs sont continuellement en mouvement;
  • Les joueurs touchent plus souvent à la rondelle et développent leurs techniques de réception et de protection de rondelle;
  • Les joueurs apprennent l’importance du jeu de pied et à faire des passes courtes et précises;
  • Les défenseurs apprennent à mieux couper les lignes de passes;
  • Les attaquants apprennent à mieux supporter leurs partenaires.
  • Et beaucoup d’autres !
Sur le blogue, dans la section boîte à outils, je vous liste 2 ressources dans laquelle vous pourrez trouver une série de jeux en zone restreinte : http://www.lozhockey.com/p/boite-outils.html


#8 - Le 1/3 de glace
Durant le bloc de 30 minutes, une stratégie que vous pouvez adopter est d’utiliser le 1/3 de glace pour travailler chacune des 3 différentes positions (attaquant, défenseur et gardien). Ceci permet aux deux équipes de profiter de la pleine glace et aux joueurs de focaliser sur des tactiques reliées à leur position.   D’un commun accord avec l’autre entraîneur, diviser la glace comme suit :
  • Utiliser 1/3 de la glace pour travailler avec les attaquants;
  • Utiliser 1/3 de la glace pour travailler avec les défenseurs;
  • Utiliser 1/3 de la glace pour travailler avec les gardiens.
Des éléments que vous pouvez travailler avec les attaquants et défenseurs :
  • Patin : par exemple, agilité, équilibre, coordination, avant, arrière, virage, pivot, départ, accélération, arrêt, approche au porteur, latéral, changement de vitesse, rapidité des pieds, avec la rondelle, etc.
  • Lancer : par exemple, lancer balayé, du poignet, frappé, revers, lobé, sur réception, déviation, en échappée, retour, coins bas, coins haut, enclave, de la pointe, etc.
  • Passe / contrôle de la rondelle : par exemple, par l’avant, du revers, touch, flip, lobe, saucer, par la bande, wrap, courte, longue, dégagement, positionnement, quand faire, utilisation des patins et gants, etc.
  • Mise en échec : par exemple, contact physique, mise en échec au bâton, stick press, poke check, sweep check, lift check, approche au porteur, neutraliser, bumping, contrôle de l’écart, bloquer, utilisation des mains, utilisation du bâton, rushing, contenir l’adversaire, 1 vs 1, yeux sur la poitrine, communication, jouer l’ombre, etc.
  • Autres : par exemple, positionnement dans les 3 zones, foncer au filet, mise aux jeux, feintes, lire et réagir, obstruer la vue du gardien, protéger la rondelle, transporter la rondelle, pénétrer en zone par la bande, tête toujours en mouvement, maniement de la rondelle à vitesse rapide, jeu en zone restreinte, communication sur la glace, bloquer des lancers, 2 vs 1, 3 vs 2, etc.
  • Consolider les habiletés et tactiques individuelles déjà acquises.

Des éléments que vous pouvez travailler avec les gardiens :
  • Patin : par exemple, la position de base, la zone réservée, patin du devant, du reculons, par terre, debout, avant, arrière, latéraux, etc.
  • Positionnement : par exemple, utilisation des angles, face à la rondelle, orientation avec le filet, positionnement du bâton, recouvrement, position du gant, papillon, debout, jouer le poteau, lire et défier le porteur, etc.
  • Arrêts : par exemple, du gant, du bloquer, jambières, bâton, corps, patin, contrôler les rebonds, les yeux sur la rondelle, déviations, la vue obstruée, les échappées, défier le porteur, poke check, sweep check, les glissades, papillons, sans bâton, etc.
  • Habiletés avec le bâton : par exemple, maniement du bâton, les passes du devant et du revers, les passes longues, le wrap, positionner la rondelle, etc.
  • Consolider les habilités et tactiques individuelles déjà acquises.

Les adjoints peuvent donner les ateliers et les correctifs tandis que les entraîneurs-chef circulent d’une station à l’autre et corrigent au besoin.

À mon avis, il faut arrêter de penser en silo. Notre objectif premier comme entraîneur est le développement du joueur. En regroupant les joueurs des deux équipes par position, on maximise ainsi leur développement. Évidemment, ceci est possible tant et aussi longtemps que l’écart en âge et habilités est similaire. Et même là, durant l’exécution de l’exercice, les entraîneurs peuvent s’assurer que les joueurs de même niveau fassent l’exercice ensemble.

J’espère que ces quelques conseils vous aideront à maximiser vos pratiques/entraînements demi-glace. Si vous avez d’autres conseils, merci de me les partager et j’adapterai volontiers cet article !
Merci de partager ce texte.

Steve Lauzon
Loz | Hockey
slauzon32@gmail.com


Toute reproduction de cet article est autorisé par Steve Lauzon en autant que vous conservez un lien original vers l’article du blogue et que vous incluez la signature affichée au bas de celui-ci.