dimanche 12 mars 2017

9 petits détails à porter attention durant vos séries

En parcourant le web, je suis tombé sur un article que je trouve très intéressant, surtout en cette période des séries.   J’en ai fait une traduction libre.  L’article original 9 “Little Things” that win Hockey Games par Rick Traugott peut être retrouvé ici 


Tout le crédit de l’article revient à l’auteur.


Loz Hockey.  Ressource gratuite francophone regroupant trucs, conseils, vidéo et exercices pour joueurs et entraîneurs de hockey
Les petites choses produisent les grandes


John Wooden, entraîneur de basketball légendaire, a déjà cité 
Ce sont les petits détails qui sont essentiels.  Les petites choses produisent les grandes.

Au hockey, c’est crucial de répéter les petites choses, ou les petits détails.  Et si on analyse les équipes qui ont du succès, on peut rapidement constater que c’est parce qu’elles appliquent justement les petits détails. 

En voici 9 que vos joueurs devraient appliquer à tous les matchs, et que les entraîneurs devraient continuellement répéter.

  1. Lancer au filet avec l’intention de marquer un but.  Il ne faut pas simplement lancer.  Il faut lancer dans le but de compter ou de créer une chance secondaire de marquer.  Les joueurs doivent comprendre que lancer « sur le gardien » ou encore, dans sa mitaine ne génère pas beaucoup de chance de marquer.  
  2. Il  faut foncer au filet avec le bâton sur la glace.  La rondelle se déplace rapidement sur un retour de lancer ou encore, sur un tir-passe.    Le joueur se doit d’être prêt à réagir aux mouvements de la rondelle afin de saisir une occasion pour marquer.  Il faut foncer au filet avec intention.
  3. On doit travailler avec acharnement et ne pas arrêter tant et aussi longtemps que la rondelle n’est pas dans le filet ou que l’arbitre n’ait pas sifflé.
  4. Il ne faut pas patiner à côté de la rondelle en effectuant des grands virages.  Certes, on se fatigue moins mais les quelques secondes de plus peuvent être coûteuse surtout sur un revirement.  Il faut faire des arrêts brusques et changer de direction le plus rapidement possible. 
  5. N’abandonne jamais sur une mauvaise passe.  Encore une fois, il faut faire l’effort supplémentaire pour récupérer la rondelle afin d’éviter que l’adversaire puisse reprendre le contrôle de celle-ci.
  6. Les lignes bleues sont extrêmement importantes !  En zone défensive, sors la rondelle de la zone le plus rapidement possible.  Reste toujours en position défensive (D-Side) face à la rondelle.  En zone offensive, garde la rondelle dans la zone le plus longtemps possible.   Il n’y a pas de pire endroit que de créer un revirement aux lignes bleues.  Ça se transforme plus souvent qu’autrement en une chance de marquer pour l’équipe adverse.
  7. À moins qu’un joueur soit sur une échappée ou encore dans une situation évidente de 1 vs 1, on devrait toujours de préférence entrer dans la zone offensive de façon large, c’est-à-dire, le long de la rampe afin de permettre à un coéquipier de se joindre au jeu.  En outre, on élimine la situation 1 vs 2.  Il faut utiliser son corps pour protéger la rondelle et amener celle-ci le plus rapidement possible devant le filet.
  8. Il est essentiel de conserver les présences courtes.  Ce n’est pas juste à propos de la fatigue.  Le rythme d’une équipe dans une partie est dicté par des changements rapides et efficaces.
  9. Patine, patine et patine.  Les joueurs doivent toujours être alertes et garder leurs pieds en mouvement, et ce, en tout temps.  Il n’y a pas grand-chose qui se produit lorsqu’un joueur est immobile.  Au contraire, c’est propice à des revirements.  C’est la responsabilité du joueur de toujours rester en mouvement et de trouver l’espace libre.


Les petits détails font la différence, souvent entre une victoire et une défaite.

Si tu es un joueur et tu appliques ces petits détails, ton jeu sera grandement amélioré.  Si tu es un entraîneur, il est primordial que ces détails soient saisis par votre équipe avant même de discuter de stratégie.

Les meilleures équipes sont souvent celles qui maîtrisent les petits détails.  Soyez l’une d’entre elles.

Merci de partager ce texte.

Steve Lauzon
Loz | Hockey

vendredi 9 décembre 2016

Difficile, mais pas impossible

On ne cesse de répéter que le hockey mineur (en fait, le sport en général), est une école est de vie pour les joueurs, les entraîneurs voire même les parents.



Loz Hockey.  Ressource gratuite regroupant trucs, conseils, vidéos et exercices pour joueurs et entraîneurs de hockey.
Changer son attitude... difficile, mais pas impossible

Si je prends le hockey mineur comme exemple, à la fin de sa carrière, le joueur aura eu l’expérience de vivre une dizaine de saisons. Certaines saisons auront été plus fructueuses que d’autres, autant au point de vue collectif qu’individuel.

Même chose pour les entraîneurs où toutes les saisons sont différentes l’une de l’autre. Certaines sont couronnées par des championnats, tandis que d’autres chaque victoire est faite à l’arracher. Certaines saisons, c’est l’offensive qui prédomine, et d’autres, on se concentre davantage sur la défensive.

À mon avis, c’est la beauté du sport.  Chaque saison apporte son lot de surprises.

Mais je dois admettre que les saisons où la victoire est moins au rendez-vous, représentent un défi de taille pour tout entraîneur. Non seulement on doit travailler sur notre personne pour demeurer positif et motivé, on doit s’assurer que le groupe d’athlètes le demeure aussi.  Et dans une culture ou la victoire est signe de réussite, c'est très difficile à vendre le concept aux joueurs.

Difficile, mais pas impossible.

Je me rappelle à mes débuts comme coach (j’étais adjoint à la fin des années 1990), on avait une équipe qui gagnait sporadiquement. J’étais découragé, je ne savais plus quoi faire. Ça se reflétait dans mon attitude envers les joueurs.  Mais le coach lui restait positif, malgré tout et continuait à se donner à fond.
On perd tout le temps pis j’haïs ça perdre. Veux-tu bien me dire comment tu fais pour rester positif?

Ce coach-là fut beaucoup plus qu’un coach pour moi. Il a été mon premier mentor. Et ce jour-là, il m’a probablement donné la leçon la plus importante que j’ai apprise dans toutes mes années de coaching.
Steve, coacher une équipe quand tout va bien, c’est facile. Tout le monde est heureux, de bonne humeur, motivé, plein d’entrain.  Mais c’est quand ça va mal que les jeunes ont vraiment besoin de toi.  Si à la base je ne crois pas en eux, comment veux-tu qu’ils croient en eux et en leurs coéquipiers?

Mettez-vous en contexte.  Nous sommes à la fin des années 90.  Une fois son message passé, il m'a aussi clairement dit de changer mon attitude :-)

Ce n’est pas que je ne croyais plus en l’équipe que nous avions. Au contraire, j’aimais faire partie de la gang et de donner mes conseils aux jeunes. Je venais de terminer mon hockey mineur et j'avais probablement encore l'instinct du compétiteur.  Je ne pouvais pas comprendre pourquoi certains joueurs ne répondaient pas au défi comme moi je l'aurais fait du temps que je jouais.

Alors je réagissais de la seule façon que je savais... en critiquant.

Mais le "change ton attitude" qui m'a été lancé m'avait fortement secoué.  J'ai compris que ce n'est pas tous les joueurs qui réagissent de la même façon.  Si je voulais que les joueurs changent, je devais à prime abord changer.

Je m’étais simplement laissé glisser dans le tourbillon négatif qu’apporte ce genre de saison. J’étais moins motivé, moins passionné, moins positif. Chaque petite chose que les ados faisaient me tombait royalement sur les nerfs. Je parlais plus et j’écoutais moins. Je réagissais plutôt qu’anticiper. Je dictais plutôt que guider.  Et lorsqu'on se laisse trop emporter par ce tourbillon, il devient extrêmement difficile de s'en sortir.

Difficile, mais pas impossible.

Au fil des ans, j’ai appris qu’au-delà de tous les cours techniques qu’un entraîneur peut prendre dans sa carrière, il n’en demeure pas moins que la chose qui aura le plus d’impact sur la vie d’un athlète n’est pas comment jouer un 3vs2 ou encore, se positionner en zone défensive. Certes ça fera d’eux des meilleurs joueurs de hockey, mais pas nécessairement des meilleures personnes.

Si on espère avoir un impact dans la vie des jeunes que l’on entraîne, je crois sincèrement que le seul moyen d’y arriver est de changer son attitude et de croire en eux, et ce, même dans les périodes difficiles d’une saison. On doit mettre le focus sur ce qui a de plus important : l’athlète lui-même. Des meilleures personnes font des meilleurs athlètes. Des meilleurs athlètes font des meilleures équipes.

Croire en eux ne veut pas dire qu’on laisse carte blanche aux joueurs. Au contraire, on doit avoir un cadre rigide que les joueurs s’engagent et doivent respecter. On doit continuer à être créatif dans nos plans de matchs. On doit faire du tableau. On doit corriger, corriger et corriger. On doit remettre à l’ordre un joueur ou le groupe et au besoin, on doit discipliner en conséquence !

C’est clair que ce n’est pas une tâche facile. C’est même très difficile ! Il faut parfois se donner un coup de pied au derrière pour rester focus. Mais comme toute chose, à force de répéter des actions difficiles, celles-ci deviennent éventuellement faciles.

Pour être honnête, je vous ai écrit cet article puisque je vis présentement ce genre de situation. Cette saison, j’ai le privilège d’être l’un des entraîneurs adjoint d’un groupe de jeunes hommes extraordinaires. Nous sommes guidés par un entraîneur passionné, impliqué et dédié au succès de l’équipe et de chacun des individus. On forme une belle équipe d'entraîneurs et les joueurs tout autant.  Les résultats frappent à notre porte.

L’équipe fait face à l’adversité depuis la 5e minute de la première partie de la saison ou l'on a perdu une pièce importante de l'équipe suite à une blessure. Et depuis ce temps, plusieurs événements viennent s’empiler l’un sur l’autre. C’est une situation inhabituelle que j’ai rarement vu depuis que je suis impliqué dans le milieu du hockey. Force est d’admettre que la victoire n’est pas aussi présente que l’on souhaiterait qu’elle le soit. Les efforts sont là durant la majorité des matchs. Mais pas nécessairement le résultat que les joueurs mériteraient. Il serait facile de simplement se laisser emporter par la vague, et j’admets que durant cette phase, j’ai mis mes deux pieds à l'eau.

Et pour une raison que j'ignore, hier soir je me suis surpris à penser à la conversation que j'ai eu, à ma début vingtaine, avec mon mentor de l'époque.  La seule chose qui raisonnait à mes oreilles : change ton attitude !

Alors si je peux profiter de cette tribune afin de faire une promesse à ce groupe de jeunes hommes qui investissent beaucoup de leur temps à un sport qu'ils aiment pratiquer. Soyez assuré messieurs que je crois en vous. Le coaching staff en son entier croit en vous. Nous donnerons toutes les onces d’énergie que nous avons d'ici la fin de la saison afin de vous guider à travers ce défi. Si vous acceptez de vous retrousser les manches, on va travailler à grimper la montagne et ensemble, on atteindra les objectifs fixés.

Je vous assure qu’atteindre des objectifs c’est le fun… atteindre des objectifs en groupe, ce l’est encore plus !

C'est ma promesse envers vous.

Merci de partager ce texte.

Steve Lauzon
Loz | Hockey

lundi 7 novembre 2016

(Exercice) Récupération / Sortie de zone / Contrôle écart

(Exercice) Récupération / Sortie de zone / Contrôle écart

Loz Hockey.  Ressource gratuite regroupant trucs, conseils, vidéos et exercices pour joueurs et entraîneurs de hockey
Récupération / Sortie de zone / Contrôle de l'écart

Atelier pour travailler les éléments suivants du défenseur :
  • Pivot avant/arrière et arrière/avant, 
  • Jeu de transition, 
  • Récupération de rondelle en fond de territoire, 
  • Utiliser le filet comme moyen de protection, 
  • Sortie de zone ailier le long de la rampe, 
  • Contrôle de l'écart (3-2-1 bâton), 
  • 1 vs 1
Mise en place
  • EN envoi rondelle en fond de territoire.  
  • D avance vers la ligne bleue et effectue un pivot, s'ouvre et va récupérer rondelle.  
  • F1 va profondément en fond de territoire pour recevoir passe.
  • D utilise le filet comme moyen de protection, patine vers le centre et effectue une passe à F1 en pleine accélération.
  • F1 patine le long de la rampe.  
  • À tout moment entre les deux lignes bleue, F1 peut effectuer un virage brusque et attaquer le D à 1 vs 1.
  • D doit demeurer alerte et contrôler l'écart avec le F1.  
  • Ligne bleue offensive= 3 bâtons, ligne rouge = 2 bâtons, ligne bleue défensive = 1 bâton.
  • D doit patiner avec le F1 après sa passe afin d'immédiatement réduire l'écart.  
  • En outre, lorsqu'il effectue sa transition, il la fait vers la petite glace (vers le centre).  Il joue les points de mise au jeu.
Vidéo explicative

Points clés
  • Transition rapide 
  • Pivots avant/arrière, arrière/avant
  • Récupération de rondelle en fond de territoire
  • Protection avec l'aide du filet
  • Sortie de zone
  • Contrôle de l'écart
  • Jouer la petite glace
  • 1vs1 intense

Steve Lauzon
Loz | Hockey

mardi 27 septembre 2016

L'abandon est rarement la solution


Depuis que j’entretiens ce blogue, j’ai toujours soutenu que le hockey mineur (en fait, le sport en général) est une école de vie avant tout. Outre les tactiques et techniques du hockey, le joueur apprend à développer des qualités et caractéristiques essentielles à son succès futur, telles que :

Loz Hockey.  Ressource gratuite francophone regroupant trucs, conseils, vidéo et exercices pour joueurs et entraîneurs de hockey
L'abandon est rarement la solution

  • la fierté;
  • le focus;
  • la force et l’endurance;
  • le sens des responsabilités;
  • l’éthique de travail;
  • le travail d’équipe;
  • l’aventure;
  • la résilience;
  • le leadership;
  • le respect;
  • l’auto discipline;
  • le courage;
  • la détermination;
  • comment être un bon coéquipier;
  • se faire des amis;
  • apprendre à gérer le stress;
  • apprendre à accepter les critiques constructives;
  • l’engagement;
  • la fixation d’objectifs;
  • suivre des règles;
  • la gestion du temps;
  • et j’en passe.

À mon avis, le développement de l’individu devrait être la priorité première de tous les sports. La conséquence directe de mettre la priorité sur l’individu est que le développement de l’athlète vient naturellement.

Et j’ai comme l’impression que nous les parents, avons-nous oublié cette notion si importante un tout petit peu.

Au cours des dernières saisons, j’ai remarqué une épidémie d’abandon au hockey. Certes, certain pour des motifs très valables, tel que les études, financières, une blessure, ou tout simplement, le plaisir n’est plus. Mais une qui prend de plus en plus d’importance est le joueur qui abandonne complètement le hockey suite à un échec ou, tout simplement une situation qui ne lui plaît pas.

  • Il est retranché d’une catégorie qu’il convoitait? Il abandonne;
  • Le joueur ne fait pas partie de l’équipe qu’un de ses amis fait partie? Il abandonne.
  • Le joueur n’aime pas l’entraîneur en place? Il abandonne.
  • Le joueur n’aime pas la règlementation imposée? Il abandonne.
  • L’entraîneur le discipline pour XY raison? Il abandonne.
  • Le joueur n’est pas d’accord avec une décision de l’équipe? Il abandonne.
  • L’entraîneur lui demande d’être présent aux entraînements? Il abandonne.

Je peux très bien comprendre qu’un adolescent peut arriver à cette conclusion pour diverses raisons. Mais ce qui me tracasse le plus est que nous les parents, on accepte la situation sans même avoir une discussion avec l’enfant, ou celle-ci est très brève. Et dans plusieurs cas, on lui donne raison !

  • Il méritait de jouer à ce niveau! Abandonne.
  • Pierre-Jean-Jacques n’est pas avec toi? Abandonne.
  • C’est lui le coach? Abandonne.
  • Ce règlement-là n’a pas de bon sens. Abandonne.
  • Maudite association. Abandonne.
  • Il n’avait pas d’affaires à t’imposer une conséquence. Abandonne.
  • Pourquoi faire une activité samedi? Abandonne.
  • Tu joue au hockey pour jouer, et non pour pratiquer. Abandonne.

Je ne comprends tout simplement pas le raisonnement.

Un de mes coachs m’a déjà dit dans le passé, abandonner une première fois c’est très difficile. Mais plus que tu le fais, plus que ça devient facile jusqu’au jour où ça devient la première solution.

Je suis totalement d’accord.

Je ne suis pas en train de dire qu’à titre de parent, on se doit de forcer notre enfant à rester au hockey lorsqu’il signale ses premières intentions d’abandonner. Si les motifs sont valables et le jeune n’a réellement plus de plaisir à jouer et l’intérêt n’y ait plus, alors je comprends parfaitement. Je tente d’expliquer qu’il faudrait plutôt essayer de comprendre la situation et est-ce que notre enfant veut réellement abandonner le sport ou c’est la situation qu'il a à faire face qui l’incite à prendre cette décision, plus souvent qu’autrement, irréfléchie.

Savoir faire face à un obstacle est probablement l’une des plus belles qualités que le sport va lui laisser, si on lui laisse justement la chance de lui faire face.

Combien d’appels j’ai faits, et combien de rencontres autour d’une table de cuisine j’ai eu avec des parents et leur adolescent qui voulait abandonner. À chacune des fois, après une longue discussion avec le jeune, c’était clair que ce dernier aimait toujours le hockey. C’est la situation qu’il vivait dans le moment présent qui n’aimait pas, et le meilleur moyen d’en échapper était d’abandonner. La frustration, la déception, l’humiliation, et dans certains cas, la rage venait mettre un ombrage sur la raison principale pourquoi il jouait au hockey : le plaisir d’y jouer.

Mon fils a vécu une situation similaire le printemps dernier.  Après de bonnes discussions, il a fait face au défi qui s'est dressé devant lui.  Hors de tout doute, il a appris de la situation.  Et aujourd'hui, son désir de jouer au hockey est plus vivant que jamais.  


Je sais que le monde du hockey mineur n’est pas parfait et à l’occasion, c’est le jeune qui écope suite à des décisions douteuses ou des situations hors de son contrôle. Je ne jouerai pas à l’autruche. Je sais que c’est la réalité. Mais ainsi va la vie.

Plutôt que de laisser notre enfant abandonner, aidons-le à traverser cette épreuve. Aidons-le à se relever et garder la tête haute. Aidons-le à devenir une meilleure personne en acceptant la leçon de vie qui lui est offerte. Lorsque sa carrière au hockey mineur sera terminée, il sera plus propice à faire face aux nombreux obstacles qui se dresseront devant lui dans sa vie personnelle et professionnelle.

C’était ma chronique motivation :-). J’espère que vous avez compris l’essence du message que je tente de transmettre. Encourageons au lieu d’accepter l’abandon.

Merci de partager ce texte.

Steve Lauzon
Loz | Hockey

lundi 22 août 2016

Qu’est-ce que je fais à partir de maintenant?

Voici un article que j'ai écris il y a quelques années qui je crois, est pertinent en cette période de l'année.  Je ne cesse de répéter que le hockey mineur, c'est une école de vie.  On a des hauts et des bas.  Peu importe l'obstacle que l'on a à faire face, il faut apprendre de la situation.  Je vous assure, qu'à long terme, vous en sortirez gagnant.

Bonne lecture !

Steve Lauzon
Loz Hockey

**************************
Originalement publié le 15 septembre 2014

Déjà à la mi-septembre et plus de six semaines se sont écoulées depuis que les jeunes ont sauté sur la patinoire au début du mois d’août. Pendant cette période, les camps d’entraînement des équipes double lettre ont eu lieu et les équipes sont maintenant complétées ou sur le point de l'être.

Loz Hockey.  Ressource gratuite regroupant trucs, conseils, vidéos et exercices pour joueurs et entraîneurs de hockey
Il faut accepter de faire face aux obstacles

Ceci veut dire qu’il y a plusieurs jeunes athlètes aujourd’hui qui ont le cœur brisé après avoir été retranché de l’équipe qu’ils aspiraient à faire partie. Pour avoir été retranché à quelques reprises au cours de ma carrière au hocky mineur, je sais très bien qu'est-ce que ces athlètes ressentent présentement.

Je me rappelle d’un retranchement qui a fait plus mal que les autres. Même 25 ans plus tard, je suis encore capable de ressentir les émotions et d’écrire l’épisode dans ses moindres détails.

À l’époque, je jouais pour les Citoyens de Hull. Pour ceux qui pourront s’identifier, c’est dans le temps que le jaune et le bleu étaient les couleurs de nos chandails, fluorescents par surcroit.

L’année précédente, j’étais au niveau peewee AA mineur. J’assumais le rôle d’adjoint au capitaine et j’ai eu une excellente saison sur le plan individuel. Toutes les facettes de mon jeu s’étaient améliorées lors de cette saison. Et lorsqu’elle fut terminée, j’étais très confiant pour la saison suivante.

Le camp d’entraînement peewee AA majeur arriva. Je m’étais bien préparé. J’ai eu de très belles performances à un point que l’entraîneur m’a dit :
  • Ne lâche pas Lauzon. Tu sais utiliser ta vitesse et c’est exactement ce que je recherche… de la vitesse. J’en ai besoin des gars comme toi !
Ok, peut-être pas dans ces mots exacts, mais quelque chose de même. En d’autres mots, il m’a dit qu’il était impressionné par ma vitesse et c’est ce qu’il recherchait. J’étais fier du commentaire.

Lors du dernier match préparatoire, j’ai compté 2 buts et 1 passe. Je le sais car mon père me le dit encore aujourd’hui :-). J’étais ultra confiant de mes chances de faire l’équipe.

Vous pouvez sûrement deviner la suite.

J’étais des plus surpris quand l’entraîneur m’a appelé dans le petit vestiaire de l’aréna Sabourin. Il m’a dit qu’il avait pris la décision de me retrancher. Je n’ai plus rien entendu de ce qu’il m’a dit par la suite.

C’était comme si je venais de recevoir une claque en plein visage en plus d’un coup de pied dans l’estomac. Je ressentais une boule à l’intérieur de moi comme si quelqu’un serrait mes voies respiratoires.

Au retour à la maison, les émotions de rage, de colère, de déception, de frustration, d’humiliation et de peine ont fait surface.

J’ai toujours joué au niveau AA. Ça ne se peut pas. Il m’a dit que j’étais rapide et c’est ce qu’il voulait. J’ai compté 2 buts ! Il ne connaît pas son hockey. Je le déteste. Je le haïs. C’est quoi je vais dire à mes chums demain à l’école? 

Dire que cette expérience m’a fait mal, c’est la sous-estimer. Elle m’a démoli, du moins, pour quelques temps. Tous mes amis avaient fait l’équipe. J’étais un des seuls retranchés.

Mon père m’a fait réaliser que le hockey était une école de vie et qu’il fallait apprendre de ces expériences. Il m’a dit de me ressaisir, et ce, au plus vite. Oui, j’ai eu un excellent camp d’entraînement et je méritais autant que les autres à faire partie de l’équipe. Mais l’entraîneur pouvait choisir que 3 ailiers gauches. Les 3 autres ont aussi connu un excellent camp d’entraînement. Les forces de l’un étaient les faiblesses de l’autre et vice-versa.

L’entraîneur devait choisir. Il devait prendre une décision. Et avec les informations qu’il avait à sa disposition, il a pris la décision de me retrancher.

Je me suis présenté au camp du peewee BB qui était situé dans la ville voisine à Aylmer. J’y suis arrivé avec l’intention de prouver que l’entraîneur s’était trompé. J’ai travaillé d’arrachepied durant le camp et aussi tout au long de la saison.

Certes, ça m’a pris un certain temps avant d’accepter la décision car je savais que je pouvais jouer au niveau peewee AA majeur. Dans ma tête et celles de mes parents, j’aurais dû jouer à ce niveau. Mais j’ai appris qu’au hockey voire même dans la vie en général, il n’y a rien de garantie. Et en plus, les 3 qui ont été choisi dans l’équipe méritaient autant que moi de jouer à ce niveau. J'ai accepté mon sort.

En bout de ligne, ma saison au BB a été une de mes plus belles années à vie. Je me suis fait des nouveaux amis que je côtoie encore aujourd’hui, de même pour mes parents. Nous avons remporté 2 tournois, les séries et aussi participer au tournoi de Québec.

Comme joueur, c’est facile de devenir frustré de la situation et se poser la question « pourquoi moi? Pourquoi? » Et c’est aussi difficile pour les parents puisqu’on se sent impuissant face à la situation et on se demande comment on va faire pour aider notre enfant à passer au travers ce défi qui se présente devant lui.

Le hockey est une école de vie. Ça nous permet d’apprendre, entre autres, le travail d’équipe, le leadership, l’éthique de travail et la discipline. Et ça nous permet également d’apprendre à gérer ses émotions, la résilience, faire face à l'adversité, et apprendre à relever un défi.

« Qu’est-ce que je fais à partir de maintenant? » devrait toujours être la question que tu te poses.

Je m’adresse particulièrement aux joueurs qui ont été retranchés cette saison. Garde à l’esprit qu’avant d’atteindre ton plein potentiel et tes objectifs au hockey, il y aura plein d’obstacles sur ta route. Que tu acceptes de les voir ou non, il n’en demeure pas moins qu’ils seront là.

Si tu acceptes de les surmonter avec une attitude positive, en redoublant d’ardeur et en acceptant un certain rôle de leader dans ta nouvelle équipe, sans aucun doute, ils feront de toi un meilleur joueur de hockey, mais aussi, une meilleure personne en général. Ils te permettront de développer des qualités que tu pourras utiliser dans toutes les autres sphères de ta vie.

Et lorsque la prochaine saison arrivera, tu seras un athlète différent, plus déterminé que jamais, et ça, je peux t’assurer que les entraîneurs le remarqueront.

À mon avis, c’est l’attitude d’un gagnant.

Et qu’advient-il de l’entraîneur qui m’a retranché il y a 25 ans? Croyez-le ou non, quelques années plus tard, il m’a demandé de donner des ateliers sur les dangers des mises en échec par-derrière à son groupe d’athlètes. J’ai accepté. Je l’ai également croisé à quelques reprises au cours des années suivantes. On a toujours pris le temps de jaser.

Aux entraîneurs, vous devrez prendre à un moment ou l’autre, des décisions déchirantes et non populaires. Peut-être même que vous allez vous remettre en question sur quelques unes de vos décisions.  Les plus grands entraîneurs du sport professionnel le font encore. Mais l’important, au moment de prendre votre décision, faites préalablement vos devoirs, soyez bien documenté et prenez là avec l’intérêt de tous les joueurs impliqués. Restez fidèles à vos principes. Assumez votre décision et les gens vous respecteront par la suite.

Je vous souhaite une excellente saison !

Merci de partager ce texte.


Steve Lauzon
Loz | Hockey

jeudi 4 août 2016

La grande décision

Pour la première fois depuis, ô je dirais 5 ans, ma famille peut profiter de son mois d’août sans avoir d’hockey obligatoire.  On peut terminer notre saison de camping sans tracas, et aussi, profiter des derniers plaisirs de l’été. 

Loz Hockey.  Ressource gratuite regroupant trucs, conseils, vidéos et exercices pour joueurs et entraîneurs de hockey
La grande décision

En effet, vers la fin du mois de juin dernier, mon fils de 14 ans nous a fait l’annonce qu’il se désistait du camp d’entraînement de la structure intégrée de notre région.  Qu’il voulait jouer du hockey compétitif dans notre association locale.  Sur le coup, j’étais surpris et surtout confus.  Comment se fait-il qu’il se désiste?  Il vient tout juste de terminer son expérience avec l’U14, et somme toute, il a progressé.  Est-ce qu’il a quelque chose qui le tracasse?  Pourquoi prendre une telle décision?

Tu devrais l’essayer quand même, et après tu prendras une décision non?

Et lui de me répondre

-          Non, je sais où je me positionne et je préfère jouer pour les Voisins (le nom de notre équipe).

J’aurais pu tenter de le convaincre autrement, et avec un peu de patience, j’aurais surement réussi.  Mais après réflexion, j’ai compris dans son ton de voix et son langage non verbal qu’il ne voulait plus. 

Je me rappelle très bien avoir pris cette décision, 1 an plus tard que lui lorsque je jouais moi-même au hockey.   Je m’étais rendu à Amos au camp d’entraînement des Forestiers Midget AAA pour annoncer à mon père que je voulais retourner à la maison, terminer mes années Midget dans notre association locale.  Ô je peux vous dire que la conversation n’était pas tout à fait la même que celle que j’ai eue avec mon fils.  Les temps changent !

Mais il y a un bout de phrase que mon fils m’a dit qui m’a affecté.  « Je sais où je me positionne ». 

Le printemps dernier, il a eu la chance de représenter la région en étant sélectionné parmi l’équipe U14, une équipe composée des meilleurs joueurs 14 ans de la région.  Il fut sélectionné pour compléter le 4e trio de la formation.  Peu importe son rôle, il était fier de sa sélection et surtout honoré.  Son temps de glace étant réduit, je présume qu'il a eu beaucoup de temps à réfléchir sur son avenir hockey à ce moment.

La nouvelle règlementation de Hockey Québec qui dit que le AAA est composé des meilleurs joueurs de la catégorie, et le AAA relève (anciennement AA) est maintenant composé des premières années avec un maximum de 3 deuxième année joue fort dans sa réponse. 

Il sait fort bien que faire l’équipe AAA de la région relève pratiquement du miracle.  Les dés et pions sont pratiquement jetés en début de saison, à l’exception de quelques postes au sein de la formation.  

Et le AAA relève, il aurait eu à se battre avec tous les autres 2e année pour la possibilité de gagner 1 poste au sein de l’équipe.  La compétition est extrêmement féroce pour ce poste, et pour lui, impossible à gagner. 

Sous l’ancienne règlementation où  il n’avait pas de maximum de 2e année, je suis persuadé qu’il aurait tenté sa chance car il aurait eu l’impression d’avoir autant de chances que quiconque de faire l’équipe. 

Comme père, j’aurais pu lui faire comprendre que dans la vie, on doit travailler pour mériter quelque chose.  Mais d’un autre côté, je sais qu’il a su nous le démontrer à maintes reprises qu’il est un travaillant.  Je crois que c’était pour lui une décision importante à prendre, la première de sa jeune vie.  On ne pouvait que la supporter.

Je pose la question.  Combien de « 2e année » au Québec on prit ce genre de décision?  Autant au Peewee qu’au Bantam?  Pour ces jeunes ou la possibilité de faire une équipe de la structure régionale résidait dans la 2e année de leur catégorie, leur espoir vient drastiquement de diminuer.  Ne vient-on pas juste de réduire encore plus le silo qu’est déjà à mon avis la structure?  Combien de ces jeunes sont des « late bloomers » ou leur talent commence à peine à s’exprimer ?

Au lieu d’encourager plus de jeunes à goûter à la structure et ainsi, développer plus de joueurs, on préfère diminuer le bassin et se concentrer sur un groupe de joueurs, sous prétexte que c’est une décision de développement.  Malheureusement, à mon avis, les « late bloomers » sont les joueurs oubliés dans cette décision.  Et je trouve que l’on fait erreur.

Bref,  il n’a pas grand-chose que je peux faire sauf accepter cette décision.  Au moins, je voulais que mon fils puisse porter l’uniforme de la structure 1 fois dans sa vie afin qu'il puisse vivre les sentiments qu'il a vécu, et surtout jouer avec un de ses très bons amis.  Mission accompli!  Juste cette expérience, ça valait la peine. 

Et peu importe où il jouera cette saison, il faut se rappeler que le hockey est un jeu, et une école de vie.  Comme père mordu du hockey, je reste reconnaissant qu’il n’a pas pris la décision d’accrocher ses patins et veut poursuivre son apprentissage.  Et si jamais il devait prendre cette décision, je l’accepterai et je lui ferai comprendre que pendant toutes les années où il a joué au hockey, il a vécu plein d’expérience qui lui seront utiles dans toutes les autres sphères de sa vie. 

Bon, je profite du dernier mois avant que la meilleure saison de l’année arrive… 

Bonne fin d’été à tous !

NB : Je suis conscient que l’année 2015-16 n’a pas été des plus productives pour Loz Hockey.  J’aurais tellement d’excuses à vous donner mais aucune n’est valable.  Je tâcherai d’être plus assidue au cours des prochains mois, surtout produire des capsules d’exercice.  Merci de votre soutien.



Merci de partager ce texte.

Steve Lauzon
Loz | Hockey

mardi 5 janvier 2016

(Exercice) JZR : 3v2 avec transition

(Exercice) JZR : 3v2 avec transition

Loz Hockey.  Ressource gratuite regroupant trucs, conseils, vidéos et exercices pour joueurs et entraîneurs de hockey
Jeu zone restreinte : 3vs2 avec transition

Mise en place
  • Il y a une ligne imaginaire au centre.  
  • On ne peut pas traverser la ligne en patinant avec la rondelle.  
  • Celle-ci doit être passée (directe ou indirecte).
  • Chaque équipe DOIT garder 2F dans leur ZO et 1D dans la ZD.  
  • Ceci résulte en un 3vs2 puisque l'autre D peut jouer dans chacune des zones.  
  • Dans le diagramme, le jeu est dans la ZO des blanc et D2 joint le jeu.  
  • Quand vert prend possession de la rondelle et passe celle-ci dans sa ZO, D2 doit faire un repli-défensif pour éliminer le 2vs1.  
  • Un D vert peut joindre le jeu afin de faire un 3vs2.
  • Sur un but ou arrêt, rondelle dans le coin.  20/30 secondes par répétition
Vidéo explicative

Points clés
  • Transition rapide offensive vers la défensive
  • Prise info (surnombre en zone D)
  • Prise info (surnombre en zone O)
  • Communication
  • Démarquage

Steve Lauzon
Loz | Hockey

lundi 21 décembre 2015

Pour une équipe unie, le moment d'un devient le moment de tous


À la fin de la dernière saison, après une longue période de réflexion, j’ai pris la décision de prendre une année sabbatique du coaching. Je voulais voir les matchs d’un autre œil, soit celui du parent-spectateur. Bien que le coaching me manque considérablement, je ne regrette en rien ma décision puisque je suis en mesure de vivre des expériences complètement différentes.

Loz Hockey.  Ressource francophone regroupant trucs, conseils, vidéos et exercices pour joueurs et entraîneurs de hockey
Pour une équipe unie, le moment d'un devient le moment de tous


En fait, quelques-uns de mes besoins hockey sont comblés puisque en début de saison, on m’a demandé d’être le gérant de l’équipe :-). Un rôle nouveau que j’apprécie à découvrir. En effet, j’ai le privilège de vivre des expériences nouvelles et de découvrir des jeunes adolescents sous un autre angle. Bref, je m’amuse tout autant.

Le weekend dernier, nous participions à notre 2e tournoi de la saison. L’équipe a très bien fait en ronde préliminaire récoltant 3 victoires sur 3. Nous avions réussi à se qualifier pour le quart de finale. Pour ce match, nous jouions contre une très bonne équipe. Rapide, disciplinée, structurée et surtout, bien dirigée. Le défi était de taille. Notre préparation devait être à point.


Le match s’est défilé à toute allure et les deux équipes se sont échangé des chances de marquer. Après avoir pris les devants 3 à 1 tôt en 3e période, l’adversaire a égalisé la marque dans le dernier tiers de l’engagement. Et comble de malheur, avec 30 secondes à jouer, notre équipe écopa de 2 pénalités mineures. Après un match enlevant, nos chances de remporter le match venaient drastiquement de diminuer.


La mise au jeu est faite dans notre territoire. Mise au jeu remportée et premier dégagement réussi. Notre trio de patineurs joue le 5 vs 3 à la perfection et la période se termine sans dégât. La prolongation sera nécessaire.


Le match reprend et l’adversaire applique à nouveau une pression constante. Mais encore, notre positionnement est efficace et notre gardienne, déterminée à sortir son équipe indemne, effectue des arrêts clés importants qui stimulent le reste de l’équipe à croire en ses chances. Les 90 secondes s’écoulent (ouf!) et nous sommes de retour à 5 vs 5.  C’est à notre tour de passer en mode attaque. Ô que nous avons attaqués !


Le destin a fait en sorte que c’est mon fils qui s’est retrouvé dans l’enclave avec la rondelle et il a pris la décision de diriger un tir au filet... et marqua ! Tout ce que je me rappelle c’est les joueurs sur la glace sauter haut dans les airs et faire une accolade monstre à Joshua. Je dois admettre que j’ai fait la même chose aux parents debout à côté de moi. Tous étaient fiers de nos jeunes qui après s’être mis dans une situation qui aurait pu avoir des conséquences fatales pour l’équipe, se sont retroussés les manches pour finalement arracher la victoire en prolongation.


Certes, mon fils a mérité les accolades que lui ont prodiguées ses coéquipiers. Il venait tout juste de marquer probablement le but le plus important depuis qu’il joue au hockey. On lui a décerné la première étoile du match. Il était fier. J’étais fier. Il a eu le sourire accroché au visage une majeure partie de la soirée. C’était son moment. 


Je ne cesse de répéter que le hockey c’est une école de vie, et on n’apprend pas uniquement dans les moments difficiles, mais on apprend aussi dans les moments les plus joyeux.


Une fois les émotions retombées sur terre, j’ai eu une discussion avec mon fils pour lui faire réaliser une chose importante.

Tu sais Josh, c’est toi qui as le spotlight présentement. Tu le mérites amplement. Tu as travaillé fort pour marquer ce but. Pas juste le tir, mais également ton dévouement à récupérer la rondelle le long de la rampe. Tout le mérite te revient. Et comme père, ça me rend fier de te voir travailler de la sorte.


Mais n’oublie surtout pas une chose. Ce qui te permet d’avoir ce moment de gloire, c’est l’extraordinaire performance de tes coéquipiers à 5 vs 3. C’est aussi l’extraordinaire performance de ta gardienne qui a réussi à fermer la porte dans un moment crucial de la partie. Savoure ce moment à fond mais garde à l’esprit que c’est en grande partie attribuable à tes coéquipiers ce que tu vis présentement. Ils ne sont peut-être pas dans le spotlight eux, mais ils le méritent tout autant !


Une des plus belles leçons que le hockey m’a données c’est qu’à l’occasion, il nous permet de vivre une émotion que l’on n’oubliera pas de sitôt. Et d’autres fois, il nous permet de soulever la lumière au bout de ses bras afin de permettre à l’un de ses coéquipiers de vivre cette même émotion. Pour moi, c’est la définition même d’une équipe unie.


Lorsqu’on comprend et accepte cette leçon, le moment d’un devient le moment de tous. Et il n’y a rien de plus gratifiant pour un entraîneur d’être témoin d’un événement de la sorte. En fin de semaine, je me suis rappelé de cette leçon et c’est l’une des nombreuses raisons pourquoi je suis en amour avec ce sport.


À vous mes jeunes VP, vous avez démontré à tous que vous formez une équipe unie. Félicitations !


Je vous souhaite une agréable période des fêtes, une année 2016 extraordinaire et une fin de saison à la hauteur de vos attentes !


Merci de partager ce texte.


Steve Lauzon
Loz | Hockey

vendredi 18 décembre 2015

(Exercice) Passes avec double pivot

Passes avec double pivot
Loz Hockey.  Ressource gratuite regroupant trucs, conseils, vidéos et exercices pour joueurs et entraîneurs de hockey
Passes avec double pivot



Mise en place
  • Flow drill (F1 et F4 départ en même temps)
  • Divise le groupe en 4. 
  • F1 transporte la rondelle et passe à F2. 
  • F1 longe la bleue et vient s'ouvrir afin de recevoir une passe de F2 en zone centrale. 
  • F1 fait une passe rapide au même groupe où il a quitté. 
  • Il s'ouvre à nouveau afin de recevoir une passe longue en pleine accélération.
  • F1 transporte la rondelle en ZO et dirige un tir au filet.
  • Suite au tir, il fonce vers le filet et effectue un repli jusqu'au groupe 2
Vidéo explicative

Points clés
  • Toujours faire face à la rondelle
  • Passes en mouvement 
  • Communication
  • Pivots
  • Créer option de passe
  • Foncer au filet

Steve Lauzon
Loz | Hockey

jeudi 10 décembre 2015

Conseil du coach : Pratiques-toi à recevoir et faire des passes du revers !

Un des traits que l’on retrouve chez les excellents joueurs de hockey est leur habileté à porter attention aux différents détails. Ils sont très minutieux.

Loz Hockey.  Ressource gratuite regroupant trucs, conseils, vidéos et exercices pour joueur et entraîneurs de hockey
La passe du revers.  Il n'y a pas de secret... il faut pratiquer !

Un des joueurs que j’admire beaucoup est Pavel Datsyuk des Red Wings de Détroit. Il est un joueur extrêmement intelligent avec la rondelle et quoi dire de ses feintes magistrales.

Mais ce qui me fascine le plus chez ce joueur est son habileté à faire et recevoir des passes du revers. C’est absolument remarquable. Ça lui procure un autre outil que probablement 9 joueurs sur 10 ne peuvent pas (ou ne veulent pas) utiliser durant un match. Certes, ce joueur est supérieur à la moyenne par sa compréhension du jeu et sa capacité à se démarquer. Mais combien de fois il réussit à décevoir l’adversaire par une simple passe du revers.

C’est la même chose chez les athlètes au hockey mineur. Ceux et celles qui maîtrisent l’art de la passe du revers se démarquent, en grande majorité, du reste du groupe.

Alors comment fait-on alors pour maîtriser cette habileté? J’aimerais vous donner une solution rapide mais malheureusement il n’y a pas de recette miracle pour la développer. Il faut faire des répétitions à profusion ! 10, 25, 50 répétitions?

Non. Des centaines voire millier de répétitions et ce, des centaines voire millier de fois.

Wow ! Mais où est-ce que je vais prendre le temps? On fait un atelier de passe pendant 10 minutes lors de nos entraînements, jamais je vais réussir à faire autant de répétitions !

Certes, c’est la réalité du hockey mineur. C’est pourquoi il faut développer cette habileté durant son temps personnel, comme « dans le temps ».

Petite parenthèse. On me fait souvent la remarque qu’il y a beaucoup moins de joueurs qui font des feintes à l’emporte-pièce ou encore, ont un lancer puissant comme il existait il y a à peu près une quinzaine d’années. J’en suis venu à la conclusion que « dans le temps », on jouait au hockey dehors avec ses amis, 12 mois par année. Dans le stationnement, dans la rue, peu importe, on trouvait un endroit pour jouer du 4 vs 4, 3 vs 3 ou 6 vs 6. Balle orange, bleue, tennis, en autant que l’on pouvait lancer quelque chose. On jouait toujours du hockey en zone restreinte ce qui nous forçait à se démarquer par des feintes et on dirigeait des tirs de n’importe quel angle. On ne le réalisait peut-être pas à l’époque mais c’était probablement les meilleurs entraînements que nous avons eus pour développer nos habiletés.

Investir du temps dans le sous-sol à la maison à développer l’habileté à recevoir et faire des passes du revers ne devrait pas être vue comme une perte de temps. Au contraire, c’est à mon avis un excellent endroit pour développer cette habileté afin que celle-ci soit efficace durant un match.

Message aux joueurs : la prochaine fois que tu travailleras sur tes habiletés hors glace, surtout tes habiletés à faire et recevoir des passes du revers, assure-toi de bien te concentrer et demeurer focus sur la technique et cherche à comprendre pourquoi cette habileté fera de toi un meilleur joueur de hockey. N’abandonne surtout pas! Rappelles-toi que pour développer une technique, cela prend beaucoup de temps et d’effort mais en bout de ligne, les récompenses en valent la peine. La vérité est que ça te prendra probablement 2 à 3 fois plus de temps à maîtriser cette habileté que si tu investissais ce temps à développer ta passe du devant. Si tu veux te démarquer du groupe, tu sais où investir ton temps !

Message aux entraîneurs : ça me désole lorsque j’entends un entraîneur dire à leurs joueurs de ne pas faire des passes du revers puisqu’elles ne sont pas efficaces. J’ai juste le gout de dire « que c’est ça?!? » ! S’il vous plaît, essayez d’intégrer des ateliers dans vos entraînements qui favorisent le développement de cette habileté. Encouragez vos joueurs à investir du temps à la maison. Soyez créatif dans votre approche. Ce simple investissement en vaudra la peine non seulement pour le développement du joueur, mais également pour les performances de l’équipe en général.

Merci de partager ce texte.

Steve Lauzon
Loz | Hockey