vendredi 14 décembre 2018

(Capsule sur glace) Récupération de rondelle en fond de territoire

(Capsule sur glace) Récupération de rondelle en fond de territoire

Loz Hockey.  Ressource francophone regroupant trucs, conseils, vidéos et exercices pour joueurs et entraîneurs de hockey
Loz Hockey : récupération de rondelle en fond de territoire



Le hockey est devenu un sport ultra rapide et l’équipe qui récupère le plus rapidement les rondelles libres est souvent celle qui contrôle la majorité du match. Pour un défenseur, c’est essentiel d’être en mesure de récupérer les rondelles rapidement en fond de territoire afin d’initier une sortie de zone rapide et éliminer toute chance offensive de l’adversaire.

Dans cette capsule, je propose aux défenseurs quelques conseils qui peuvent appliquer lorsqu’ils récupèrent la rondelle en fond de territoire.

Vidéo explicative



Prise d’information / angle pour récupérer la rondelle
  • Prise d’information 
    • Head on a swivel (tête en mouvement)
    • Communication avec partenaire / gardien 
    • Utilisation de la baie vitrée
  • Angle pour récupérer rondelle 
    • Quick up 
    • Wheel derrière le filet - Patine vers le centre - Plus d’options
  • En cas de poursuite
    • Wheel
      • utilisez le filet comme moyen de protection 
      • patine vers le centre - plus d’option
  • En cas de pression sens opposé
    • Escape move 
    • Rester D-Side
    • Breakout avec ailier

En appliquant ces quelques conseils, vos défenseurs seront en mesure de prendre de meilleure décision en situation de match et ainsi sortir la rondelle plus rapidement de la zone défensive.

Merci de partager ce texte.

Steve Lauzon
Loz | Hockey

jeudi 22 novembre 2018

(Conseil) 8 conseils pour gérer des athlètes aux comportements difficiles

(Conseil) 8 conseils pour gérer des athlètes aux comportements difficiles


Loz Hockey.  Ressource francophone regroupant trucs, conseils, vidéos et exercices pour joueurs et entraîneurs de hockey
Le hockey mineur est une école de vie
Tous les entraîneurs au hockey mineur (en fait, dans tous les sports amateurs) auront à négocier un jour ou l’autre, avec un joueur qui dégage une mauvaise attitude. Le genre de joueur qui influence négativement le reste de l’équipe, se comporte irrespectueusement envers ses coéquipiers et entraîneurs, emploi souvent les phrases "je m’en fou" et "ouin pis", qui prend des pénalités d’indiscipline à profusion et qui créé des maux de tête à tous les adultes qui tentent de le "briser".

Le hockey mineur est composé principalement de pré-adolescents et adolescents et on sait tous que c’est une période de transformation pour eux, autant au niveau physique qu’émotionnel. On a juste à se rappeler nos années d’adolescence. Il est donc normal d’avoir à négocier avec ce genre de situation. On ne cesse de répéter que le hockey est une école de vie et cette école ce n’est pas juste pour les joueurs :-).

À mon avis, le défi de l’entraîneur est de trouver un moyen d’aider le jeune en question tout en diminuant l’effet négatif que ce dernier a sur le reste de l’équipe durant cette période. Ça prend beaucoup d’énergie mais je crois que c’est de notre responsabilité d’essayer.

Car, croyez-le ou non, il est possible d’aider le jeune à changer, ou tout au plus, diminuer les impacts négatifs sur votre équipe. Je ne prétends pas avoir la recette miracle mais voici quelques conseils qui sauront sûrement vous aider.



Vidéo explicative






1 - Dissociez le joueur de son comportement
Si le joueur est irrespectueux envers vous, dissocier le de son comportement. C’est le comportement que vous n’appréciez pas, pas le jeune en question. Ne lui dites pas « Tu es irrespectueux » mais plutôt « le comportement que tu adoptes je ne l’apprécie pas du tout ». Ce n’est pas lui le problème, mais bien son comportement et ça, ça se corrige. Si vous pointez directement le joueur ou attaqué sa personne, il sera porté à se renfermer davantage. Réalisez que le jeune n’est pas le reflet de son comportement. Il est dans une phase de transition. Focalisé vos énergies sur le réel problème qui est le comportement à changer et non la personne.

2 - Établissez des règles pour les joueurs ET les parents
Faites une rencontre d’équipe et dans cette rencontre, partagez le code de conduite que vous exigez de la part de vos joueurs, sur et hors la glace. Faites-en une priorité. Il est important de partager vos attentes envers les comportements acceptés, les pratiques, les parties et le rôle des parents. Il est important de le faire tôt en saison et assurez-vous d’avoir quelques rencontres au cours de l’année pour rafraîchir la mémoire de tous.

3 - Traitez le joueur comme tous les autres joueurs
Si vous agissez différemment avec le joueur ou pire encore, vous le confrontez devant ses pairs, vous n’obtiendrez pas la réponse désirée. Ayez une rencontre individuelle avec le joueur et tentez de trouver un moyen de les impliquer activement dans l’équipe. Ne rabaissez jamais le joueur en public. Au contraire, féliciter en public, discipliner en privé.

4 - Faites participer les leaders de votre équipe
Si vous approchez les leaders de votre équipe, ils seront peut-être en mesure de persuader ou au minimum, avoir un effet positif sur le comportement du joueur en question. La pression de ses pairs (pression positive) est souvent la meilleure pression à mettre sur quelqu’un.

5 - Donnez des responsabilités au joueur
Prenez avantage de l’influence qu’il a sur ses coéquipiers et transformez le tout positivement. Impliquez le joueur dans les succès de l’équipe en lui confiant plus de responsabilités. Par exemple, il pourrait être le responsable des échauffements d’avant match, d’organiser une activité d’équipe, ou tout simplement, celui qui choisit la musique dans la chambre. Vous serez peut-être surpris du soudain intérêt que le joueur démontrera !

6 - Restez calme
Une des raisons pourquoi le jeune démontre de l’attitude est pour générer une réaction. Ne démontrez pas au joueur que vous êtes affecté par l’attitude qu’il démontre, peu importe laquelle. Rappelez-vous que le joueur n’est pas le reflet de son comportement.

7 - Demandez la participation des parents
Je crois qu’il est important de faire participer les parents dans le processus. Une participation active de ces derniers peut considérablement contribuer dans vos efforts à aider l’enfant. Ayez des rencontres avec les parents et le joueur, dites ce que vous n’aimez pas et quelles pourraient être les solutions pour remédier aux problèmes.

8 - Acceptez qu’ils ne puissent pas tous changer du jour au lendemain
Il faut accepter que ce ne sont pas tous les jeunes qui réagiront de la même façon. Certains réagiront positivement tandis que d’autres, ça prendra plus de travail. Bien que je crois que tous peuvent arriver à changer, il faut aussi accepter le fait que dans certains cas, l’aide que vous offrez ne sera pas suffisante. Il faut alors guider le jeune dans la bonne direction.

En espérant que vous mettrez ces quelques conseils en pratique. Merci de partager ce texte.

Steve Lauzon
Loz | Hockey

jeudi 1 novembre 2018

(Exercice) 3 lancers rampe, tip, enclave

(Exercice) 3 lancers rampe, tip, enclave


Loz Hockey.  Ressource francophone regroupant trucs, conseils, vidéos et exercices pour joueurs et entraîneurs de hockey



Le prochain exercice permet aux gardiens de recevoir 3 lancers de trois formes différentes. Un provenant prêt de la rampe, un autre sous forme de déviation rapide et un dernier de l’enclave et sur réception. Il est idéal pour les catégories bantam et midget et se nomme 3 lancers rampe, tip et enclave.


Mise en place
  • Divise le groupe en 3 tel qu'illustré.
  • A2 attaque la zone et reçoit une passe de A1.  Il tir au filet
  • Une fois le lancer effectué, A3 attaque le filet et reçoit un tir/passe de A1 et tente de la faire dévier dans le filet.
  • Une fois complété, A2 va récupérer une rondelle dans le coin de la patinoire et fait une passe à A1 qui a pénétré en zone.  Tir sur réception.  
  • A3 demeure devant le filet pour récupérer le rebond et A2 attaque le filet suite à sa passe.


Vidéo explicative









Points clés

  • Passe précise
  • Tir sur le filet
  • Gestion des rebonds
  • Foncer au filet



Steve Lauzon
Loz | Hockey

jeudi 18 octobre 2018

(Exercice) 2vs1 x 2 avec regroup

(Exercice) 2vs1 x 2 avec regroup


Loz Hockey.  Ressource francophone regroupant trucs, conseils, vidéos et exercices pour joueurs et entraîneurs de hockey



L’exercice que je veux vous présenter dans cette vidéo s’intitule 2 x 2vs1 avec regroup. C’est un exercice idéal pour travailler le contrôle de l’écart en situation de pression avec vos défenseurs. Je recommande cet exercice pour les catégories Peewee à Midget. La mise en place va comme suit.

Loz Hockey.  Ressource francophone regroupant trucs, conseils, vidéos et exercices pour joueurs et entraîneurs de hockey


Mise en place
  • Divise le groupe en 2, même chose des deux côtés
  • F1 fait une passe à F2 et joue un 2vs1 rapproché.
  • D doit être dans une position de stress comme s'il était prit à contre pieds.
  • Une fois le premier 2vs1 complété, EN envoi une rondelle dans un espace libre.
  • Les deux F effectuent un repli (regroup), sortent de la zone et attaquent à nouveau le D


Vidéo explicative









Points clés

  • Communication 
  • Passes précises 
  • Contrôle de l’écart 
  • Intensité 
  • Regroupement rapide – contre attaque



Steve Lauzon
Loz | Hockey

samedi 6 octobre 2018

(Exercice) 4 passes et tir au filet

(Exercice) 4 passes et tir au filet


Loz Hockey.  Ressource francophone regroupant trucs, conseils, vidéos et exercices pour joueurs et entraîneurs de hockey

Si vous chercher à intégrer un exercice de conditionnement (ou de patin) à votre entraînement tout en conservant l’intérêt des joueurs à son maximum, le prochain exercice est ce qu’il vous faut. Idéal pour débuter un entraînement afin de créer un rythme, l’exercice s’adresse à tous les niveaux. Le titre de l’exercice 4 passes et tir au filet.

Loz Hockey. Ressource francophone regroupant trucs, conseils, vidéos et exercices pour joueurs et entraîneurs de hockey
4 passes et tir au filet - idéal pour débuter un entraînement


Mise en place
  • Divisez le groupe en 4 lignes
  • 2 EN à la ligne rouge
  • G1 est jumulé à G3, et G2 est jumulé à G4
  • G1 quitte la zone et fait un retour en zone défensive.
  • G1 reçoit la passe de G3.  Il fait une transition vers la zone centrale.
  • G1 fait un passe et va (give and go) avec l'entraîneur le long de la rampe.
  • G1 accélère vers la zone offensive et dirige un tir au filet.
  • Il fonce au filet pour le rebond
  • Lorsque G1 a quitté la zone défensive, G2 fait la même séquence avec G4 et ainsi de suite.
  • Une fois tous les joueurs terminés, on répète l'exercice en sens inverse


Vidéo explicative









Points clés

  • Départs rapides
  • Passes précises et secs
  • Give and go ou le passe et va
  • Réception de passe en mouvement
  • Tir au filet en mouvement 



Steve Lauzon
Loz | Hockey

jeudi 20 septembre 2018

Idées et conseils pour créer une chimie au sein de votre équipe

Idées et conseils pour créer une chimie au sein de votre équipe

En début de saison, il est primordial d’arriver à créer un esprit d’équipe solide. Je suis de ceux qui croient que le succès d’une saison se mesure par l’esprit qui se dégage de l’équipe. Plus l’équipe est soudée, plus les chances de succès sont grandes.  



Je vous propose ci-dessous quelques idées afin d’améliorer voire créer la chimie au sein de votre équipe.

Entraînement hors glace. Durant le camp d’entraînement, pendant que la température le permet encore, effectuer quelques entraînements hors glace à l’extérieur de l’aréna. Formez des duos et modifiez ceux-ci à chaque entraînement. 

Introduction. Avant ou après un entraînement, offrez la possibilité aux joueurs de se présenter un après l’autre. Préparez quelques questions qu’ils doivent répondre comme
  • Nom complet et nom de l’équipe pour laquelle il a évolué l’année dernière
  • Équipe favorite et joueur favori
  • Repas favoris
  • Un mot qui le caractérise
Questionnaire. Préparez une série de questions que tous les joueurs doivent répondre. Ensuite, créez un questionnaire dans lequel chacune des questions sera associée à un joueur en particulier. Exemple, « mon joueur favori est Sidney Crosby et j’ai fait un voyage à Cuba l’hiver dernier ». Les joueurs doivent découvrir le joueur en question. Assurez-vous d’avoir une question pour chacun de vos joueurs. Un peu plus de travail mais très efficace pour briser la glace.

Tournoi tôt au début de la saison. Non seulement ceci permet aux joueurs de mieux se connaître à l’extérieur de l’aréna, mais ceci permet également aux parents de socialiser. Un groupe de parents unis est primordial au succès d’une saison. Sans avoir un horaire planifié à la seconde, je crois qu’il est important d’avoir quelques activités d’équipe de planifiées au cours du tournoi. 

Parc aérien. Le défi du parc aérien permet aux joueurs d’apprendre à travailler ensemble dans la poursuite d’un but commun, comme ils le feront au cours de la saison. La communication, l’entraide et le support font partie du succès de cette activité.

Tailgate / repas d’équipe / BBQ. Ceci peut être fait directement à l’aréna, un restaurant, ou de préférence au domicile de quelqu’un. Idéalement, des activités doivent être prévus pour les joueurs comme la baignade (si la température le permet encore), hockey balle, billard, etc. Évitez à tout prix les jeux vidéo

Variation sur la glace et hors la glace. Au début de la saison, placez les joueurs à des endroits différents dans le vestiaire à chacune des activités. Ceci permet aux joueurs de faire connaissance et d’avoir des conversations avec des personnes différentes. Sur la glace, variez les trios et les paires de défenseurs. Il est important que les joueurs apprennent à jouer avec des joueurs différents. La communication est donc essentielle !

Autres activités team building. Il existe beaucoup d’activité que vous pouvez faire pour créer et souder un esprit d’équipe. Il suffit d’utiliser sa créativité. L’important est de choisir une journée et un endroit loin de l’aréna et organiser une activité (voir la liste ci-dessous pour des idées). Planifiez des défis autant mentaux que physiques. Des activités qui forcent les joueurs à communiquer et interagir entre eux sont excellentes pour bâtir un lien de confiance entre coéquipiers.





Voici quelques activités :
  1. Quilles
  2. Jeu de laser
  3. Tournoi de hockey extérieur (exemple la Coupe Best-Buy)
  4. Paint ball
  5. Soirée cinéma 
  6. Créer des jeux Olympiques d’hiver et inclure les parents
  7. Piscine à vague
  8. Tournoi de mini-hockey
  9. Karaoké
  10. Mur d’escalade
  11. Pour les équipes plus âgées, parrainer une équipe plus jeune
  12. Fin de semaine dans un chalet
  13. Journée pêche sur la glace
  14. Faire une levée de fond pour une œuvre de charité au lieu des fonds de l’équipe
  15. Glissade sur tubes
  16. Billard
  17. Ping-pong
  18. Excursion en raquettes
  19. Mini-putt intérieur
  20. Assister en équipe à un match de hockey junior ou professionnel

En espérant que vous organiserez quelques activités du genre tout au long de votre prochaine saison.

Merci de partager ce texte.


Steve Lauzon
Loz | Hockey

mardi 4 septembre 2018

Qu’est-ce que je fais à partir de maintenant?

Voici un article que j'ai écrit il y a quelques années qui je crois, est pertinent en cette période de l'année.

Je ne cesse de répéter que le hockey mineur, c'est une école de vie. Les joueurs, tout comme les entraîneurs, ont des hauts et des bas.

Peu importe l'obstacle que l'on a à faire face, il faut apprendre de la situation. Oui je sais que c'est plus facile à dire que de le faire, mais je vous assure qu'à long terme, vous en sortirez gagnant.

Bonne lecture !

Steve Lauzon
Loz Hockey

**************************
Originalement publié le 15 septembre 2014, mise à jour septembre 2018

Déjà le mois de septembre quelques semaines se sont écoulées depuis que les jeunes ont sauté sur la patinoire au mois d’août. Pendant cette période, les camps d’entraînement des équipes double lettre ont eu lieu et les équipes sont maintenant complétées ou sur le point de l'être.


Loz Hockey.  Ressource gratuite regroupant trucs, conseils, vidéos et exercices pour joueurs et entraîneurs de hockey
Il faut accepter de faire face aux obstacles

Ceci veut dire qu’il y a plusieurs jeunes athlètes aujourd’hui qui ont le cœur brisé après avoir été retranché de l’équipe qu’ils aspiraient à faire partie. Pour avoir été retranché à deux reprises au cours de ma carrière au hockey mineur, je sais très bien ce qu'ils ressentent présentement.

Je me souviens d’un retranchement en particulier.  Même 30 ans plus tard, je suis encore capable de ressentir les émotions et d’écrire l’épisode dans ses moindres détails.

À l’époque, je jouais pour les Citoyens de Hull dans la région de l'Outaouais.  Du temps que les structures intégrées n'existaient pas, où seulement les 8 premières équipes (sur 12) participaient aux séries éliminatoires et où le sentiment d'appartenance à l'équipe de sa ville était TRÈS présent.

L’année précédente, j’étais au niveau peewee AA mineur.  J’assumais le rôle d’adjoint au capitaine et j’ai eu une excellente saison sur le plan individuel. Lors de cette saison, toutes les facettes de mon jeu s’étaient améliorées et lorsqu'elle fut terminée, j’étais très confiant pour la saison suivante.

Le camp d’entraînement peewee AA majeur arriva. Je m’étais bien préparé durant la saison morte.  Je jouais au baseball et pour la première fois, je m'étais aussi entraîné durant l'été.  Durant le camp, j’ai eu de très belles performances à un point tel que l’entraîneur m’a dit :

  • Ne lâche pas Lauzon. Tu sais utiliser ta vitesse et c’est exactement ce que je recherche… de la vitesse. J’en ai besoin des gars comme toi !

Ok, peut-être pas dans ces mots exacts, mais quelque chose de même. En d’autres mots, il m’a dit qu’il était impressionné par ma vitesse et c’est ce qu’il recherchait. J’étais fier du commentaire.

Lors du dernier match préparatoire, j’ai compté 2 buts et 1 passe. Je le sais car mon père me le dit encore aujourd’hui :-). J’étais ultra confiant de mes chances de faire l’équipe.

Vous pouvez sûrement deviner la suite.

J’étais des plus surpris quand l’entraîneur m’a appelé dans un petit cubicule de l’aréna Sabourin. Il m’a dit qu’il avait pris la décision de me retrancher.

Je n’ai plus rien entendu de ce qu’il m’a dit par la suite. C’était comme si je venais de recevoir une claque en plein visage en plus d’un coup de pied dans l’estomac. Je ressentais une boule à l’intérieur de moi comme si quelqu’un serrait mes voies respiratoires.

Au retour à la maison, les émotions de rage, de colère, de déception, de frustration, d’humiliation et de peine ont fait surface.

J’ai toujours joué au niveau AA. Ça ne se peut pas. Il m’a dit que j’étais rapide et c’est ce qu’il voulait. J’ai compté 2 buts ! Il ne connaît pas son hockey. Je le déteste. Je le haïs. C’est quoi je vais dire à mes chums demain à l’école? 

Dire que cette expérience m’a fait mal, c’est la sous-estimer. Elle m’a démoli, du moins, pour quelques temps. Tous mes amis avaient fait l’équipe. J’étais le seul du groupe retranché.

Mon père m’a fait réaliser que le hockey était une école de vie et qu’il fallait apprendre de ces expériences. Il m’a dit de me ressaisir, et ce, au plus vite. Oui, j’ai eu un excellent camp d’entraînement et je méritais autant que les autres à faire partie de l’équipe. Mais l’entraîneur pouvait choisir que 3 ailiers gauche. Les 3 autres ont aussi connu un excellent camp d’entraînement. Les forces de l’un étaient les faiblesses de l’autre et vice-versa.

L’entraîneur devait choisir. Il devait prendre une décision. Et avec les informations qu’il avait à sa disposition, il a pris la décision de me retrancher.

Je me suis présenté au camp du peewee BB qui était situé dans la ville voisine à Aylmer. J’y suis arrivé avec l’intention de prouver que l’entraîneur s’était trompé. J’ai travaillé d’arrachepied durant le camp et aussi tout au long de la saison.

Certes, ça m’a pris un certain temps avant d’accepter la décision car je savais que je pouvais jouer au niveau peewee AA majeur. Dans ma tête et celles de mes parents, j’aurais dû jouer à ce niveau. Mais j’ai appris qu’au hockey voire même dans la vie en général, il n’y a rien de garantie. Et en plus, les 3 qui ont été choisi dans l’équipe méritaient autant que moi de jouer à ce niveau. J'ai accepté mon sort.

En bout de ligne, ma saison au BB a été une de mes plus belles années à vie. Je me suis fait des nouveaux amis que je côtoie encore aujourd’hui, de même pour mes parents. Nous avons remporté 2 tournois, les séries et aussi participé au prestigieux tournoi de Québec pendant 9 jours !

Comme joueur, c’est facile de devenir frustré de la situation et se poser la question « pourquoi moi? Pourquoi? » Et c’est aussi difficile pour les parents puisqu’on se sent impuissant face à la situation et on se demande comment on va faire pour aider notre enfant à passer au travers ce défi qui se présente devant lui.

Le hockey est une école de vie. Ça permet d’apprendre, entre autres, le travail d’équipe, le leadership, l’éthique de travail et la discipline. Et ça permet également d’apprendre à gérer ses émotions, la résilience, faire face à l'adversité, et apprendre à relever un défi.

Qu’est-ce que je fais à partir de maintenant? devrait toujours être la question que tu te poses suite à un retranchement.

Je m’adresse particulièrement aux joueurs qui ont été ou seront retranchés cette saison. Garde à l’esprit qu’avant d’atteindre ton plein potentiel et tes objectifs au hockey, il y aura plein d’obstacles sur ta route. Que tu acceptes de les voir ou non, il n’en demeure pas moins qu’ils seront là.

Si tu acceptes de les surmonter avec une attitude positive, en redoublant d’ardeur et en acceptant un certain rôle de leader dans ta nouvelle équipe, sans aucun doute, ils feront de toi un meilleur joueur de hockey, mais aussi, une meilleure personne en général. Ils te permettront de développer des qualités que tu pourras utiliser dans toutes les autres sphères de ta vie.

Et lorsque la prochaine saison arrivera, tu seras un athlète différent, plus déterminé que jamais, et ça, je peux t’assurer que les entraîneurs le remarqueront.

À mon avis, c’est l’attitude d’un gagnant. 

Et qu’advient-il de l’entraîneur qui m’a retranché il y a 30 ans? Croyez-le ou non, quelques années plus tard, il m’a demandé de donner des ateliers sur les dangers des mises en échec par-derrière à son groupe d’athlètes. J’ai accepté. Je l’ai également croisé à quelques reprises au cours des années suivantes. On a toujours pris le temps de jaser.

Aux entraîneurs, vous devrez prendre à un moment ou l’autre, des décisions déchirantes et non populaires. Peut-être même que vous allez vous remettre en question sur quelques-unes de vos décisions.  Les plus grands entraîneurs du sport professionnel le font encore. Mais l’important, au moment de prendre votre décision, faites préalablement vos devoirs, soyez bien documenté et prenez là avec l’intérêt de tous les joueurs impliqués. Restez fidèles à vos principes. Assumez votre décision et les gens vous respecteront par la suite.

Je vous souhaite une excellente saison !

Merci de partager ce texte (La reproduction de ce texte est permise tant et aussi longtemps que vous incluez le nom de l’auteur ainsi qu’un lien vers le texte original sur le blogue http://www.lozhockey.com).



Steve Lauzon
Loz | Hockey

mercredi 29 août 2018

(Exercice Gardien) Ugo Villeneuve, 3 poussées et arrêt

(Exercice Gardien) Ugo Villeneuve, 3 poussées et arrêt


Voici le premier exercice de notre collaborateur Loz Hockey pour les gardiens de but Ugo Villeneuve.


Loz Hockey.  Ressource gratuite regroupant trucs, conseils, vidéo et exercices pour joueurs et entraîneurs de hockey.
Crédit à Ugo Villeneuve : 3 poussées et arrêt

Mise en place
    1. Le gardien part de son poteau
    2. Une poussée en T (T-Push) vers la première rondelle. (Ici, important de vérifier l'angle)
    3. Une poussée en T (T-Push) ou parallèle (Shuffle) vers la seconde rondelle.  (Vérifier l'angle)
    4. Une poussée en T (T-Push) ou parallèle (Shuffle) vers la troisième rondelle.  (Vérifier l'angle)
    5. Un déplacement pour recevoir un tir. (Bonne position de base, selon la technique utilisée)
    6. Apporter les mains en avant de la rondelle pour effectuer l'arrêt.
              • Option de modification :
                • Ajoutez des rondelles pour les angles.
                • Variez le type de déplacement.
                • Augmentez la vitesse.
                • Jouez les retours.
                • Poussée R1, glissade + arrêt.  Poussée R2, glissade + arrêt.  Poussée R3, arrêt.


              Points clés
              • Technique
              • Puissance
              • Précision
              • Mains actives


              Loz Hockey Ressource gratuite regroupant trucs, conseils, vidéo et exercices pour joueurs et entraîneurs de hockey.
              Ugo Villeneuve

              Ugo est un diplômé de l'Université d'Ottawa et il est impliqué dans leur programme de hockey masculin en occupant les rôles d'entraîneur vidéo et soutien scolaire.

              Il veille également au développement des jeunes gardiens pour une association de hockey mineur de sa région.

              Jeune et passionné, les lecteurs du blogue pourront bénéficier de ses conseils, trucs et exercices pour les gardiens.


              Steve Lauzon
              Loz | Hockey

              mercredi 22 août 2018

              8 conseils pour retrancher un joueur d'un camp de sélection

              8 conseils pour retrancher un joueur d'un camp de sélection

              Billet mise à jour Août 2018

              Loz Hockey.  Ressource gratuite regroupant trucs, conseils, vidéo et exercices pour joueurs et entraîneurs de hockey


              Les camps de sélection des équipes doubles lettres sont en cours ou sur le point de l'être, et les camps simples lettres débuteront bientôt.  En participant à un camp de sélection, les joueurs se batailleront pour l’obtention d’un poste.  Malheureusement, il n’y a qu’un certain nombre de positions disponibles et la majorité d’entre eux ne réussiront pas à se tailler un poste.

              Ressource gratuite regroupant trucs, conseils, vidéos et exercices pour joueurs et entraîneurs de hockey
              Les camps de sélection au hockey.  Il y aura des heureux et des malheureux

              En ce qui me concerne, une des tâches les plus difficiles qu’un entraîneur doit faire est d’annoncer à un jeune joueur qu’il n’a pas été sélectionné et qu'il doit se rapporter à l'équipe de la prochaine catégorie.  Mais cela vient avec le métier d'entraîneur et on doit tous y faire face.  Si on garde à l’esprit que la priorité est le développement du joueur, un camp de sélection sert justement à déterminer une équipe dans laquelle il pourra vivre une expérience enrichissante tout en maximisant son développement.  Certes, c’est extrêmement difficile à faire comprendre ceci à un jeune qui voulait faire partie d’une équipe de plus haut niveau, mais à mon avis, c’est le rôle des entraîneurs et des parents de s’assurer que le jeune comprenne que c’est pour son bien.

              Personnellement, j'ai été retranché 2 fois dans le temps que je jouais au hockey vers la fin des années 80.  Mais je me rappelle très bien chacun de ces moments.  Les méthodes de communication ont changé depuis, mais il n’en demeure pas moins que c’est une expérience que tous les joueurs de hockey veulent éviter.

              Comme entraîneur, j’ai également vécu l’expérience durant les années 1990 et aussi 2010.  Un écart de 20 ans entre les deux.  Certes, les méthodes employées n’étaient pas identiques d’une époque à l’autre, mais j’ai toujours utilisé le même principe de base : la communication.

              Il n'y a pas de recette miracle pour retrancher un joueur.  Selon moi, tout repose sur la communication.  Voici 8 conseils pour retrancher un joueur de votre camp de sélection.






              Planifier vos sessions.  Il est primordial que les joueurs et parents soient au courant du nombre de joueurs que vous conserverez, le nombre de séances qu’ils auront sur la glace (ou hors glace), quand les retranchements se feront, le nombre de matchs simulés, les qualités que vous recherchez, vos méthodes d’évaluation, etc.  Plus vous serez clair dans votre démarche et plus vous communiquerez avec les parents et les joueurs, plus vous vous éviterez des malentendus par la suite.

              Gardez une fiche d’évaluation sur tous les joueurs qui se présentent à votre camp.  Tout au long du camp de sélection, remplissez cette fiche et ajoutez-y des commentaires.  Déterminer les forces et les faiblesses du joueur en question.  Cette fiche vous sera un allié important dans le processus de retranchement.  Cliquez ici pour un exemple de fiche d’évaluation.

              Soyez franc et honnête!  Ne faites pas de promesse que vous ne pourrez tenir.  Expliquez-lui ses forces et ses qualités.  Encouragez-le à travailler sur 1 ou 2 aspects de son jeu.  Invitez-le à poser des questions et offrez-lui des commentaires positifs qui lui serviront pour son développement.  Si les parents sont présents, soyez prêt à répondre à leurs questions.  Évitez à tout prix les confrontations.

              Assurez-vous d’avoir sur place un membre de votre association locale.  Si jamais les esprits s’échauffaient, cette personne pourra vous épauler dans votre prise de décision et respectueusement mettre fin à la conversation.  Les adultes doivent garder à l’esprit qu’il y a un jeune présent dans la salle et une confrontation ne servira à rien pour son développement.

              Évitez le « couloir de la honte », surtout chez les jeunes joueurs.  Il est très humiliant de sortir d’une salle où tu viens d’apprendre que tu as été retranché et tous les autres joueurs et parents te regardent.  Les yeux mouillés, tu as seulement le goût de disparaître.  C’est une épreuve difficile à vivre pour les joueurs. 

              Assurez-vous d'aviser vos parents qu'ils attendent leur enfant dans l'auto pendant que vous faites la rencontre avec les joueurs.  Les joueurs demeurent dans le vestiaire et lorsque vous faites une rencontre avec un joueur, qu'il soit retranché ou non, avisez-lui de se diriger à l'auto suite à la rencontre.  je vous assure que vous éviterez plein de problèmes !

              Remettez une copie de vos fiches d’évaluation à votre association locale.  En cas de besoin, celle-ci pourra s’y référer si jamais le parent demande une rétroaction. 

              Demandez l’aide et la participation de vos entraîneurs conseils.  Souvent, ces personnes ont vécu l’expérience à plusieurs reprises avant vous.  Ils pourront vous donner quelques trucs et conseils sur comment bien gérer la situation avec le joueur et ses parents.

              Évitez les « can-can » d’aréna.  Ne tombez pas dans le piège d’essayer de justifier votre décision si jamais vous entendez un commentaire négatif à votre égard suite au retranchement d’un joueur.  Ceci ne viendra qu’envenimer la situation.  Gardez vos raisons pour vous, le joueur, ses parents et l’association.  Et en cas de débordement, demandez à votre association d’intervenir.

              Finalement, il est évident que votre décision fera des heureux et aussi des malheureux.  Peut-être que certains vous regarderont à l’avenir d’un air frustré, murmureront lorsqu’ils vous verront, partiront des rumeurs ou encore, vous éviteront tout simplement.  Ceci sera leur choix.  Si votre décision a été prise dans le meilleur intérêt du joueur, ayez l’esprit tranquille.


              En bout de ligne, le jeune joueur veut juste jouer au hockey.  Et nous adultes, il ne faut pas l’oublier.

              Merci de partager ce texte.

              Steve Lauzon
              Loz | Hockey

              lundi 2 avril 2018

              Petit geste - Grande importance

              Ce billet n’est pas sur le hockey mais bien sur une expérience vécue, au cours de la dernière semaine, grâce au hockey.  Une expérience qui est importante pour moi de partager.

              Un petit geste, grand signe de respect

              Mise en contexte : L’équipe de mon fils Joshua participe à la demi-finale de ligue.  La série est égale 1 victoire de chaque côté.  Le gagnant du match ultime méritera le droit de représenter la région de l'Outaouais aux championnats provinciaux, soit la Coupe Dodge au Québec.  Autant pour les joueurs que les entraîneurs (même les parents), le match était d’une très grande importance et l’adversaire était coriace, ayant eu avantage sur nous tout au long de la saison.  Les attentes étaient que le match serait intense, physique, rapide et excitant.  Durant les quelques jours qui ont précédé le match, la préparation était la priorité de tous. 

              Voilà, le jour arrive et l’heure de se présenter à l’aréna sonne.                                                                 

              Loz Hockey.  Ressource gratuite regroupant trucs, conseils, vidéo et exercices pour joueurs et entraîneurs de hockey
              Être solidaire envers un chum... beaucoup plus important qu'un match de hockey
              Les circonstances font qu’un ancien coéquipier joue maintenant pour l’adversaire.  Un jeune homme que j’ai appris à connaître dans les années passées.  Respectueux et qui prend toujours la peine de me dire bonjour lorsqu’on se voit. 

              Tout au long de la saison, l’amitié envers ses ex-coéquipiers n’existait plus sur la glace.  Lors des matchs de saison régulière, ce même ex-coéquipier a donné des mises en échec percutantes, compté des buts importants et a réussi à déconcentrer certains des joueurs.  En fait, il a joué son rôle à perfection.  À le regarder jouer, il était clair que ce fut une grosse perte pour l’organisation que l’on représente.  Il aurait cadré à merveille dans notre équipe. 

              Avant le match, on le voit avoir des discussions et faire quelques accolades à ses ex-coéquipiers.  Bizarre, la tension est à son comble, pourquoi ils agissent ainsi?  La raison était qu’il venait de les informer que sa mère, bien connue de tous, devra se battre contre son propre adversaire… le cancer. 

              Dès lors, l’importance du match venait de tomber d’un échelon.  Les accolades, les encouragements et les bons mots pour réconforter un chum primaient.  Entre parents, on était tous sous le choc.  On ne parlait plus du match mais bien de la situation.  Ça se peut pas... pourquoi???

              Et sans même le réaliser, les joueurs commencent à sauter l’un après l’autre sur la glace pour jouer le match.  En guise de support à leur coéquipier, l’adversaire ont « tapé » la palette de leur baton de couleur rose.  Tous les coéquipiers, sans exception.  Je suis persuadé que ce geste a touché la famille en question. 

              Mais ce que j’ai vu par la suite m’a complètement renversé.  En guise de support à ce même jeune homme, ses ex-coéquipiers ont tous utilisé du ruban rose pour « taper » leurs jambières.  Tous sans exception.  

              Ils peuvent bien être adversaire sur la glace et l’enjeu du match pouvait bien être une participation au championnat le plus convoité de tous les hockeyeurs… ils étaient avant tout des chums et tous ont compris à ce moment que le hockey passait en second.

              J’aimerais vraiment féliciter toute l’organisation des Ambassadeurs de Gatineau MdAA ainsi que des Voisins de Papineau MdAA pour le geste de solidarité que vous avez faites envers l'un des vôtres.  Le hockey est une école de vie et vous avez démontré que même dans l’adversité, ce qui a de plus important c’est le support que l’on peut donner à autrui.  BRAVO et bon courage à la famille concernée.  J’ai eu la chance de côtoyer la dame en question durant une saison complète et par la force de caractère qu’elle démontre, je n’ai aucun doute qu’elle arrivera à surmonter cet obstacle de la vie. 

              Cet épisode m’a fait aussi réfléchir à un ami proche qui doit également se battre devant, disons-le, ce cancer de marde.  C’est très difficile de voir un chum dans cette situation et maudit que j’aimerais avoir la solution pour l’aider à réaliser cette épreuve.  Lui donner les outils nécessaires, la pilule miracle, voire même prendre une partie de son défi.  Mais le petit geste effectué par ces jeunes hommes m'ont fait réaliser que tout ce que je peux faire est de faire ce qu'ils ont fait lors de ce match.  Être solidaire envers mon ami, l’encourager et croire que nous aurons l’opportunité à nouveau de discuter de tout et de rien autour d’un feu de camp.  

              Et ça, je le crois du plus profond de moi-même ! 

              Bon printemps !

              Pour faire un don à la société canadienne du cancer, veuillez cliquer ici : http://www.cancer.ca/fr-ca/?region=qc

              Steve Lauzon
              Loz | Hockey